Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Social

Une réforme des minima sociaux indissociable de l’avenir du RSA

Publié le 19/04/2016 • Par Sophie Le Gall • dans : A la une, Actu expert santé social, Actualité Club finances, France

CHRISTOPHE-SIRUGUE
C.S.
Dans un rapport remis au Premier ministre, Christophe Sirugue propose de fusionner les minima sociaux et d'en ouvrir l'accès aux jeunes à partir de 18 ans. Des pistes ambitieuses et généreuses mais qui paraissent trop peu connectées à la réalité des départements.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Quelle réforme pour les minima sociaux ?

L’objectif fixé par le Premier ministre, Manuel Valls, dans sa lettre de mission au député Christophe Sirugue (PS, Saône-et-Loire) était ambitieux, le rapport du député socialiste, remis lundi 18 avril 2016, l’est tout autant. Le Premier ministre souhaite une réforme des minima sociaux – actuellement 10 prestations, pour certaines inopérantes en raison d’un fort taux de non-recours -, dans le cadre du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, qui « améliore leur équité, renforce leur efficacité et les simplifie pour un meilleur accès aux droits ». En réponse, le député socialiste propose, dans son rapport intitulé « Repenser les minima sociaux : vers une couverture socle commune », différents scenarii, sans calendrier précis en raison de l’échéance de la prochaine élection présidentielle.

 

Ouverture du RSA à 18 ans

Rappelant que le taux de pauvreté des jeunes est particulièrement élevé (en 2013, 18,6 % contre 12,3 % pour ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une réforme des minima sociaux indissociable de l’avenir du RSA

Votre e-mail ne sera pas publié

Encore

20/04/2016 10h07

Comme d’habitude pour traiter une question, on la subdivise en différents points complémentaires que l’on traite les uns sans relation avec les autres.

Le début de l’article montre qu’il y a un trop grand nombre d’accompagnements proches les uns des autres pour la même prob lématique. Si on élargit la question aux différentes aides sociales toutes confondues, on va se rendre compte que le nombre total est plus qu’important et que les sommes mises en jeu sont bien plus importantes.

Pour ce qui me concerne, il me semble que le temps est venu de s’interroger non pas sur une nature d’aides mais sur les aides de manière globale.
La réduction du nombre d’aides devrait aboutir à une solution lisible par tout le monde, simple à mettre en place et traitées par un nombre restreint d’organismes (deux au maximum).

Cette solution est simple. Elle permet de répondre à la volonté de l’Etat de réduire les personnels… Mais pour la mettre en place il faut un courage politique peu partagé par le monde des politiques.
Une chose est certaine: tôt aou tard la France sera acculée dans ses derniers retranchements et elle ne pourra faire autrement que de mettre en place des mesures drastiques, bien plus lourdes de conséquences que ce qu’il est possible de faire aujourd’hui.

Mais il est vrai que dans la dernière année d’un Président de la République qui songe à se présenter de nouveau au suffrage universel, il est difficile de mettre en place une telle mesure.
C’est un tord car la population est prête à entendre qu’il faut mettre en place des mesures. Mais avant cela le Peuple demande aussi à nos élus de prendre leur part aux charges en réduisant leurs avantages et en étant plus transparents.

Voià ce que notre Président pourrait mettre en place. Il ne serait peut-être pas réélu mais il laisserait dans l’Histoire le nom d’un grand homme qui est actuellement plutôt connu par les surnoms peu élogieux dont l’affublent certains!

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement