Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

FUNERAIRE

Le régime de surveillance des opérations funéraires enfin simplifié

Publié le 20/08/2010 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la une, France

Les opérations funéraires surveillées font désormais l'objet d'une liste exhaustive.
Les opérations funéraires surveillées font désormais l'objet d'une liste exhaustive. D.R.
Très attendu, le décret relatif à la surveillance des opérations funéraires suscite la satisfaction des professionnels.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Attendu depuis la mise en œuvre de la loi du 19 décembre 2008 sur la législation funéraire, le décret visant à clarifier le nouveau régime de surveillance et de vacations funéraires est enfin publié. Le texte, réclamé de longue date par les professionnels, devrait mettre fin à la grande confusion qui régnait depuis lors dans les services municipaux.

Ce qui va changer

Concrètement, dans ce décret n° 2010-917 du 3 août 2010, publié au Journal officiel du 5 août, le ministère de l’Intérieur précise la liste des seules opérations funéraires faisant désormais l’objet d’une surveillance et donnant lieu aux vacations funéraires :

  • les opérations de fermeture du cercueil et pose des scellés, lorsque le corps est transporté hors de la commune de décès ou de dépôt,
  • les opérations de fermeture du cercueil et pose des scellés, avec ou sans changement de commune, lorsque le corps est destiné à la crémation,
  • les opérations d’exhumation suivie d’une réinhumation, d’une translation et d’une réinhumation ou d’une crémation.

En conséquence, les autres opérations (soins de conservation, moulage du corps, transport de corps avant et après mise en bière, inhumation, crémation et arrivée du corps dans la commune) n’ont plus à être surveillées.

Une circulaire d’application devrait être prochainement diffusée.

Nouveau régime de vacations

Interrogé par « la Gazette », le ministère précise que « conformément au nouvel article R2213-48 du CGCT, la surveillance de la fermeture du cercueil et pose des scellés donne lieu au versement d’une vacation unique ». « L’exhumation donne lieu à la perception d’une vacation pour le premier corps et à une demi-vacation par corps supplémentaire », ajoute-t-il.

Par ailleurs, «dans les communes situées hors zone de police d’Etat et ne disposant pas de garde-champêtre, ni de policier municipal, la surveillance est effectuée par le maire (ou l’un de ses adjoints) et aucune vacation à ce titre ne pourra être demandée à la famille».

Autre nouveauté : la pose des bracelets d’identification sera désormais effectuée par les établissements de santé ou les opérateurs funéraires. Un arrêté ministériel sur les caractéristiques des bracelets est annoncé.

Un bémol, selon les professionnels

La publication du texte a suscité une « grande satisfaction » au sein de l’Union du pôle funéraire public (UPFP). Il était urgent de clarifier une situation devenue très obscure» se réjouit sa présidente, Corinne Loiodice, selon laquelle « un grand cafouillage était né de la coexistence d’un nouveau dispositif législatif et d’une partie réglementaire contradictoire qui n’avait pas été abolie ».

L’UPFP émet toutefois une réserve concernant la disposition visant à procéder aux exhumations « en dehors des heures d’ouverture au public» (et non plus «avant 9 heures », comme c’était le cas jusqu’alors). Une mesure inattendue que Corinne Loiodice, juge « très difficilement applicable », la plupart des cimetières français étant ouverts sans limites horaires ou très tôt quand les personnels concernés ne sont pas encore en poste.

« Contraindre les petites communes à créer des horaires de fermeture ou à les restreindre risque de provoquer un tollé parmi leurs habitants », craint l’UPFP.

Au-delà, l’UPFP appelle désormais de ses vœux la poursuite du «chantier de la simplification du droit funéraire». Un projet de décret est en effet sur les rails et vise à remplacer certaines autorisations par un système de déclaration préalable.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le régime de surveillance des opérations funéraires enfin simplifié

Votre e-mail ne sera pas publié

tariquet

24/08/2010 08h52

Bonjour,
J’ai découvert la nouvelle législation sur les opérations funéraires , je ne comprend pas pourquoi les arrivées de corps avec mise en bière ne sont plus surveillées . La logique voudrait que lorsqu’un scellé est apposé et qu’une autorisation de transport est validée par la police ou un représentant de la mairie , les scellés devraient être vérifiés à l’arrivée sinon pourquoi en mettre au départ ? A mon avis si un suivi est effectué , il doit être du départ à l’arrivée sinon c’est complètement inutile . Voilà il s’agit juste de mon avis , mais cela me semble logique .

OULALA

31/08/2010 06h48

Je suis d’accord avec Tariquet, les scellés doivent être vérifiés à l’arrivée. Mais il est facile de le faire encore, si on est consciencieux, il suffit d’assister aux inhumations ou incinérations et là on s’assure que les scellés y sont.
Les inhumations par principe doivent être surveillées dans chaque commune, sinon doit peut arriver.

jusab

25/10/2010 03h43

Les transports après mise en bière sont toujours soumis à autorisation et controlés, c’est à dire que même s’il n’y a pas le paiement d’une vacation pour la police du lieu d’arrivée, cela ne veut pas dire qu’elle ne doit plus le controler. Le contrôle des scellés doit se faire sur le lieu d’arrivée mais certaines polices ne le font pas car justement il n’y a plus de vacation, on ne peut pas appeller ça de la conscience professionnelle!!!!!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement