Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Dépenses sociales

Quand un plan de contrôle du RSA porte ses fruits

Publié le 21/03/2016 • Par Frédéric Ville • dans : Bonnes pratiques finances

Lupe zeigt die Entwicklung des Marktes
Fotolia
L’Orne intervient a priori, mais aussi en récupération d’indus, pour diminuer la facture du RSA à sa charge.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis que l’Orne (290 000 hab.) a mis en place, en avril 2015, un plan de contrôle du revenu de solidarité active (RSA), 456 000 euros n’ont, à ce titre, pas été versés et 660 000 euros sont en cours de recouvrement. Pendant longtemps, « nous nous sommes demandé s’il était humainement correct de rechercher des abus, le RSA étant une allocation destinée aux personnes en difficulté », s’interroge Alain Lambert, président (UDI) du conseil départemental de l’Orne.

Bond du RSA

Mais aujourd’hui, il y a le feu. Même si le département n’est pas en cessation de paiement, comme le sont partiellement une dizaine d’autres, les allocations du RSA ont bondi de 2,6 à 12,2 millions d’euros entre 2010 et 2015. « Nous avons tranché, poursuit l’élu. L’intérêt général rejoint celui des allocataires : appliquons un juste droit au RSA. » Et de mentionner deux types d’allocataires qui ne doivent plus avoir le droit de toucher le RSA : ceux qui, de bonne foi, continuent de percevoir indûment le RSA et ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand un plan de contrôle du RSA porte ses fruits

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement