Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Infrastructures de transport

Le SNIT risque de se transformer en simple annonce s’il n’a pas de financement, craint TDIE

Publié le 29/07/2010 • Par Virginie Fauvel • dans : A la une, France

Voitures trafic embouteillage
phovoir
Sans financement, le schéma national des infrastructures de transport (Snit) risque de se transformer en simple annonce, alerte Olivier Deleu, délégué général de l'association TDIE (transport, intermodalité, environnement) dans un entretien à "La Gazette" quelques jours après la publication, par le ministère de l'Ecologie, de son avant-projet, le 12 juillet 2010.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

Alors que le Grenelle II de l’environnement vient d’être adopté, le gouvernement publie son avant-projet de schéma national des infrastructures de transport (SNIT). Comment ces projets seront-ils financés ?
Olivier Deleu, délégué général TDIE :
On ne sait pas. Voilà le problème. La table des matières de l’avant-projet du SNIT comporte une page qui s’appelle « financement » et qui traite, en fait, du coût des projets annoncés. La question du financement n’est en fait pas du tout abordée dans ce document. Le problème, c’est que sans financement, le SNIT risque de se transformer en simple annonce.
C’est ce qui s’était passé pour le Comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (CIADT), en 2003, qui n’a servi à rien car il n’y avait pas de financement en face. Les seuls projets qui ont avancé sont ceux en concession – car l’Etat n’a pas eu d’argent à investir – et le ferroviaire  (TGV axe  Paris- Strasbourg – 1ère tranche et le Rhin-Rhône), car il y a une volonté politique à développer ce mode de transport.
A TDIE, nous détaillerons nos propositions de financement à l’automne, mais nous pouvons déjà dire que deux systèmes pourraient être retenus :

  1. La concession, car elle a vocation à s’étendre : c’est un système qui a fait ses preuves. C’est certes critiquable car c’est l’usager qui paie en bout de course, mais cela fonctionne.
  2. L’épargne : La France est l’un des pays d’Europe qui épargne le plus (16 à 17%).  TDIE propose que l’épargne des français serve, en partie, à financer certaines infrastructures qu’ils utilisent, dont notamment les transports collectifs en milieu urbain.

L’avant-projet du SNIT prévoit la construction d’environ 900 km d’autoroutes. N’y a t-il pas une contradiction avec l’esprit du Grenelle ?
O.D. Non, il n’y a pas de contradiction. Prévoir la construction de 900 km  dans un document valable jusqu’en 2025 ou 2030 est assez raisonnable. On est dans l’épaisseur du trait ! Le gouvernement avait annoncé 4,5% des 170 milliards affectés aux routes. Nous avons refait le calcul : nous sommes à 5%. C’est donc assez exact.
Cet argent va servir à financer quelques maillons manquants :

  • La RN154 pour le contournement de Paris,
  • La Route Centre Europe Atlantique (RCEA) pour les axes Mâcon/ La Rochelle et la partie Est,
  • A51 à Gap dans les Hautes-Alpes,
  • Plus quelques contournements d’agglomérations.

En contrepartie de la cession, en 2005 , du réseau autoroutier de l’Etat, les sociétés concessionnaires devaient financer le reste du réseau et sa modernisation. Aujourd’hui, ces sociétés dégagent de bons profits mais préfèrent réinvestir à l’étranger. Quid de la notion de service public et des promesses du gouvernement Villepin ?
O.D.
A TDIE, nous avons toujours été contre cette décision de privatisation. Pour une fois, nous avions en France un système de financement par le biais de l’Agence pour le financement des infrastructures de transport de France (AFITF), qui fonctionnait bien. Puis, d’un seul coup d’un seul, l’Etat décide, pour désendetter le pays, de privatiser ses infrastructures routières.  Il vend le tout pour 15 milliards ; sa promesse (de faire de la cession une source de financement du reste du réseau , NDLR) était intenable. Elle était surtout faite pour cacher une erreur funeste.
A partir du moment où l’Etat annonce qu’il fait du ferroviaire sa priorité, pas étonnant que les grands groupes de BTP (Eiffage, Vinci, le groupe espagnol Abertis et la banque australienne Macquarie) – auxquels ont été concédées les sociétés autoroutières françaises – choisissent d’investir dans d’autres pays.

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le SNIT risque de se transformer en simple annonce s’il n’a pas de financement, craint TDIE

Votre e-mail ne sera pas publié

JMB

03/08/2010 10h55

De l’ESBROUFFE, du MAKETING, le discours de Sarkozy et de ce gouvernement tout acquis aux financiers et rentiers de tout poil.
Les cadeaux au multinationales datent de 2002, Sarkozy était déjà au gouvernement, comme ministre d’état. La vente des autoroutes est un cadeau au grands groupes du BTP dont les propriétaires sont les meilleurs amis de Sarkozy. Pour information les groupes Eiffage, Vinci sont aussi dans le ferrovière, alors ils peuvent aussi investir en France. D’ailleurs ils sont partout. Avec la droite on passe d’un monopole public qui appartient à la nation à un monopole privé au profit des copains de Neuilly/Seine.
La presse mondiale ne s’y trompe pas !
« La France plumée, des ministres sans foi ni loi, du bling bling à la pénitence, plutôt Feydeau que Shakespare, Air Force one ou Air Force un (180 M€), la risible leçon d’économie, le Raymond Domenech de la politique, pas si Supersarko que ça,… »

jane

04/08/2010 01h39

Ce sociétés font peut-être le choix d’investir à l’étranger mais ne peut-on pas demander à ce qu’elles maintiennent les routes en l’état sur la base de leur profit existant et non en augmentant le prix du ticket de péage? ces sociétés s’engagent reviennent sur leur parole et ………….c’est tout!

Chérel Paul

04/08/2010 07h00

A première vue c’est une bonne nouvelle ! SNIT ou pas, arrêtons d’estimer des dépenses, c’est très facile et penchons-nous sur les retours d’investissement. Les routes, il faut qu’elles rapportent à la collectivité, soit en péages, soit en diminution du nombre d’accidents, soit en liaisons utiles et indispensables et pas forcément déterminées par des technocrates. S’il y a concession, c’est que d’autres que l’Etat ou ses machins administratifs trouvent un intérêt à participer financièrement et encore à condition de prendre les choses en main de bout en bout. L’Etat est mauvais concepteur, mauvais gestionnaire, mauvais financier. Laissons-le s’occuper des seules fonctions régaliennes ! Paul Chérel

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement