logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/429844/en-supprimant-les-educateurs-de-rue-on-livre-clairement-les-bandes-de-jeunes-a-elles-memes-cnlaps/

TRAVAIL SOCIAL
« En supprimant les éducateurs de rue, on livre clairement les bandes de jeunes à elles-mêmes » – CNLAPS
Hervé Jouanneau | A la Une prévention-sécurité | Actu expert santé social | Actu experts prévention sécurité | France | Publié le 18/02/2016 | Mis à jour le 19/02/2016

Les associations de prévention spécialisée subissent cette année encore des coupes sombres dans leurs budgets. Dans un entretien, la présidente du Comité national de la prévention spécialisée (CNLAPS), Anne-Marie Fauvet, tire la sonnette d'alarme.

La baisse des moyens accordés par les départements aux associations de prévention spécialisée se poursuit en 2016. En tant que présidente du CNLAPS, comment réagissez-vous ?

Nous sommes très inquiets. Certaines associations tirent bien leur épingle du jeu. Mais pour d’autres, il y a une forte baisse de financements engagée depuis deux ou trois ans. Entre 2015 et 2016, nous estimons que 26 départements déployant une action de prévention spécialisée – soit environ 40% d’entre eux – ont revu leurs subventions à la baisse. Parmi eux, 11 ont fait des coupes supérieures à 20%, voire supprimé leurs aides.

Sur le terrain, les conséquences sont lourdes. En interne d’abord, avec des emplois supprimés et des réorganisations douloureuses. Dans certains territoires, où les professionnels ont parfois mis un an voire davantage à s’implanter dans le tissu social, tout s’effondre en quelques jours.

Quel est l’impact sur les jeunes pris en charge par la prévention spécialisée ?

C’est la première ...

REFERENCES

"De l’utilité sociale de nos pratiques éducatives"

7ème journées nationales de la prévention spécialisée, organisées les 28 et 29 avril 2016 à Créteil

Programme et inscriptions sur le site web du CNLAPS


POUR ALLER PLUS LOIN