Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

Le compte personnel d’activité dans la fonction publique, leurre ou avancée ?

Publié le 09/02/2016 • Par Agathe Vovard • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, Actu expert santé social, France, Toute l'actu RH

Le ministère de la Fonction publique a réuni lundi 8 février 2016 les organisations syndicales représentatives de la fonction publique pour présenter les dispositions visant à créer un compte personnel d’activité pour chaque agent public. Il souhaite procéder rapidement, en introduisant un amendement au projet de loi "travail", avec des négociations ultérieures sur le contenu de ce compte. Pour certains syndicat, ce n’est pas acceptable.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le ministère a présenté lundi 8 février un projet de texte qui propose d’introduire un amendement au sein du futur projet de loi de la ministre du Travail, Myriam El Khomri. L’objectif est de créer un compte personnel d’activité (CPA) dans la fonction publique – les négociations sont toujours en cours pour le secteur privé.

Cet amendement prévoit que le gouvernement passera par voie d’ordonnance pour créer le CPA version « secteur public », dans les 9 mois maximum après la publication de la loi « travail ».

Point d’entrée unique sur internet

Il s’agit de permettre « à chacun, grâce à un point d’entrée unique sur internet, d’accéder facilement à ses droits et de les mobiliser de façon autonome, par exemple pour financer une formation ou faire valider les acquis de son expérience », indique le ministère du Travail.

Ce CPA comprendrait un volet formation, ainsi qu’un volet santé et sécurité au travail. Des sujets qui doivent faire ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

7 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Pourquoi investir dans un service Europe dans ma Commune

de COMMISSION EUROPEENNE

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le compte personnel d’activité dans la fonction publique, leurre ou avancée ?

Votre e-mail ne sera pas publié

murakami

10/02/2016 08h26

Avant d’envisager le compte personnel d’activité, il faudrait penser au compte personnel de formation dont peuvent bénéficier les salariés mais pas les fonctionnaires.Je ne comprends pas cette logique dans la fonction publique de s’intéresser à des dispositifs qui ne sont pas au point et qui sont toujours en discussion dans le privé.

Romain37

10/02/2016 06h33

Et sinon en parlant d’harmonisation avec le secteur privé on pourrait peut étre envisager de le faire pour certains privilèges non?

Morwenna2a

11/02/2016 08h39

Pour répondre à Romain37 et murakami, de quels privilèges parlez-vous ? Ceux du privé dont les primes comptent pour la retraite alors que dans le public, cela n’existe pas ? Le privilège d’avoir un statut qui soit disant protège les fonctionnaires ? Premièrement, ce statut a été mis à mal et plutôt que d’en faire bénéficier les salariés du privé, on s’est acharné à le saccager. Donc, aujourd’hui, il est possible de licencier un fonctionnaire. Le privilège du salaire ? Notre point indice est bloqué depuis 10 ans sans augmentation de salaire. Prenez le temps de regarder les grilles indiciaires de carrière pour les 3 fonctions publiques (hospitalières, territoriales et d’état) et vos comprendrez que peu de chose nous sépare des salariés du privé. A part peut-être le risque de la fermeture d’une usine ou d’une entreprise, sachant que même pour cela des sécurités existent et ne sont pas appliquées. On est soumis au pouvoir de la finance.
Le compte personnel de formation existe muarakami, il s’appelle le livret individuel de formation mis en place par le CNFPT pour la fonction publique territoriale. Malheureusement, trop peu connu des agents et peu usité par les collectivités.
On ne doit pas être public contre privé mais ensemble car il n’y a pas de monde parfait!

Romain37

11/02/2016 12h11

Votre discour me semble sorti d’un tract de FO…L’uage démontre que le licenciement d’un fonctionnaire n’est conditionné qu’à une faute très grave de celui-ci…dans le secteur privé vous étes licencié si vous n’etes plus utile sur le poste que vous occupez ou afin de réduire les dépenses de personnel! la politique du tout foncitonnaire ne durera qu’un temps! Les prélèvements obligatoires représentent 55% du PIB en France, on taxent tout un secteur pour financer les avantages d’un autre. Je ressortirais seulement l’exemple du régime de retraite des fonctionnaire qui est financé tous les ans par l’Etat et donc les impôts des contribuables alors qu’on laise mourir certains régimes du secteur privé dans l’anonymat…
Pour ce qui est du point d’indice laissez moi rire. Ce n’est qu’un écran de fumée, l’arbre qui cache la forêt! Avec les différents mécanismes de garantie de pouvoir d’achat, un fonctionnaire ne peut voir sa rémunération augmenter moins vite que l’inflation… Je vous passe les débats sur le temps de travail qui est une abération…des délibérations d’un autre âge autorisant à la dérogation d’un régime des 35 heures qui n’est donc pas respecté (ce n’est pas des privilèges?)
Dernière chose, en Grève, personnes n’a voulu changer lacher du leste changer ses habitudes (fiscale, de congès, de retraite,…). résultat des courses le pays s’est effondré du fait d’une compétitivité hors d’âge et d’un manque de production. on ne crait pas de PIB et de valeur avec le service public n’oubliez pas ça. N’est comptabilisé dans le PIB seulement le salaire des fonctionnaires qui sont eux même financés par : les impots et la dette…

Pad

13/02/2016 02h29

« portabilité en cas de changement d’employeur » : cet aspect inclut-il le changement de secteur, dans les deux sens, entre privé et public ? Et en termes de simplification, cela n’impliquerait-il pas une harmonisation bienvenue, pas seulement entre actifs ?

Tusti

17/02/2016 09h04

Menfin, quelles sont toutes ces sottises….

Tout le monde sait que le mal ne vient pas du problème salariat privé contre salariat public, mais encore et toujours, et depuis très très longtemps, des revenus du capital qui prennent une place de plus en plus importante par rapport aux revenus du travail.
il y a réellement une lutte des classes entre les possédants et le prolétariat… les vrais privilégiés ceux sont eux, les possédants ; regardez, chaque année, combien, dans le monde, la parts des plus riches (les possédants), augmente, alors que celle des travailleurs diminue.
tout le reste est de l’amusement pour gamins (la presse « officielle » étant complice),…
attentions vous tombez dans ce piège…..

Alfred95290

03/03/2016 06h25

CPA publique pourquoi pas ? pourquoi maintenant notamment ? quelle pertinence pour un agent de l’Etat qui exerce une mission de service public pour la population face à un salarié du secteur privé qui travaille pour un service facturé ? un patronat privé doit-il prévaloir sur l’Etat qui exerce des missions régaliennes ?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement