Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

[OPINION] Prévoyance

Les collectivités et les agents, otages des conventions de participation

Publié le 02/02/2016 • Par Auteur associé • dans : Actu expert santé social, France, Opinions, Toute l'actu RH

Convention de participation ou labellisation ? L'opinion de Jean-Pierre Moreau, président d'Uni-ter.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Jean-Pierre Moreau

Jean-Pierre Moreau

président d'Uni-ter

Jusqu’en 2006, et à la satisfaction de tous, l’employeur public territorial qui le souhaitait pouvait participer à hauteur de 25 % aux cotisations santé et prévoyance de ses agents. Ce dispositif a dû être revu, à la demande de la Commission européenne.

Alors que la logique et la raison auraient voulu que la labellisation de contrats solidaires – une procédure simple proposée par le gouvernement français et acceptée par la Commission européenne en répondant à ses exigences -, soit seule mise en œuvre, le législateur décida de lui adjoindre une procédure parallèle, la convention de participation (par analogie avec celle du référencement appliquée pour la fonction publique d’Etat), qui vint complexifier le système tout entier.

La convention de participation privilégie, de fait, le tarif, au détriment des règles de solidarité et d’équilibre prévues par les lois et décrets l’instituant. Cette situation est la conséquence de l’utilisation d’une procédure proche de l’appel d’offres ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les collectivités et les agents, otages des conventions de participation

Votre e-mail ne sera pas publié

DRH

03/02/2016 09h07

Bonjour,
Je ne peux, sans réagir lire les lignes ci-dessus. M Moreau était président de la MNT. On voit qu’il prêche pour sa paroisse.
La convention de labélisation est commode pour les mutuelles qui ont pignon sur rue et qui jouent sur leur notoriété, comme la MNT.
Nous avons eu un contrat avec la MNT pendant 12 ans. Je me suis battu pendant des années pour connaître les résultats de notre contrat. J’ai fini par les obtenir, mais juste pendant les 5 années où il y a des provisions. Une fois que la couverture est arrivée à terme, que les provisions sont devenues inutiles, qu’on a le résultat net de la 6° année, pfuit, plus de chiffres, car là on voit un résultat positif (en ce qui concernait notre contrat.
Quand il s’agit de revoir les montants de votre contrat on vous parle de solidarité et du déficit national. C’est sympa, mais ce qui motive les agents c’est la solidarité au sein d’une structure.
Si aujourd’hui nous avons passé une convention collective, c’est pour lire le contrat, avec notre service juridique, et assurer les agents d’un suivi, et non des manoeuvres opaques et des affirmations d’une mutuelle.
C’était mon billet d’humeur.

RICHY Gilles

15/02/2016 12h00

Bonjour M Moreau et DRH et merci pour cet éclairage sur la fonction qu’exerçait M Moreau auparavant.
Je souhaite compléter, voir amender les propos de M Moreau:
la convention ne privilégie en rien le tarif au détriment des règles de solidarité et d’équilibre.
– Sur la solidarité: de mémoire, il a bien fallu que le législateur à la demande des partenaires sociaux légifère afin par exemple d’exclure le questionnaire médical des contrats historiques des mutuelles des territoriaux qui avait pour conséquence au mieux d’une tarification aberrante pour les plus malade ou les plus agés au pire de refuser de les assurer.
– Sur la question de l’équilibre: c’est bien parce que le contrat n’est aujourd’hui que facultatif et un faible taux d’adhésion que l’équilibre n’est pas atteint. Il n’y a pas de dumping puisque la plupart des offres restent inférieures tant sur l’aspect tarifaire qu’au niveau des garanties que les contrats obligatoires du privé.
Et oui…ne vous en déplaise M Moreau: le principe de mutualisation des contrats collectifs fonctionnent plus que très bien dans le privé et ce depuis de nombreuses années!!!
– Sur les augmentations imposées: je porte à votre connaissance que les tarifs et les augmentations tarifaires sont encadrés par les conventions et que le souscripteur peut dénoncer la convention si ces termes ne sont pas respecté.
– Les conventions de participation sont accessibles aux retraités, encore faut il qu’ils en aient connaissance!!!
– Sur la légitimité de l’employeur détrompez-vous elle est totale: je vous rappel que l’employeur doit veiller à la santé de ses agents.
Enfin pour conclure, il n’y aurait effectivement pas eu besoin de contrats collectifs si les opérateurs historiques des agents territoriaux avaient joué le jeu de la libre concurrence en proposant par exemple des offres comparables entre elles, s’ils avaient proposés des offres (prestations coûts) raisonnables et ce n’est certainement pas dans la jungle des contrats labellisés 30% plus chers à garanties égales que les conventions de participation, que nos agents territoriaux y retrouveront leur compte!!!
Cordialement,

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement