Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Emprunts toxiques

SFIL, Dexia : le risque transféré des collectivités locales à l’Etat

Publié le 29/01/2016 • Par Fabienne Proux • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

Agence Dexia
R-DV-RS_Flikr_cc
Lors de leurs récentes auditions respectives devant la commission des finances de l’Assemblée nationale, les dirigeants de Dexia SA et de la Sfil ont tenté de faire bonne figure. Mais derrière l’apparence d’un bon déroulement de la liquidation pour la première et des désensibilisations des prêts toxiques des collectivités locales pour la seconde, plane un risque financier très élevé pour l’Etat français.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

A l’occasion de deux auditions les 13 et 27 janvier, les députés membres de la commission des finances ont tenté tant bien que mal de saisir où en étaient les deux structures héritées de la chute de Dexia.

Le moins que l’on puisse dire est qu’à l’issue de ces deux exposés autant techniques que complexes, ils n’ont guère été rassurés. « Le vrai risque global sur les finances publiques doit être élucidé », a convenu en fin de séance Jean-Louis Gagnaire, député (PS) de la Loire.

Toujours un risque

Il aura fallu toute la pertinence des questions de Valérie Rabault (PS), rompue aux techniques bancaires, pour taper là où cela fait mal. « Quel est le risque de perdre les 4 milliards d’euros de recapitalisation apportés par la France à Dexia SA ? », a demandé la député du Tarn-et-Garonne à Robert de Metz et Karel de Boeck, respectivement président du conseil d’administration de Dexia SA et administrateur délégué et président du comité de direction.
Si le premier le considère faible voire inexistant, le second ne nie pas qu’il existe, mais « il est pire pour les Belges qui en portent plus de la moitié ».

La réponse de la Sfil concernant son exposition aux risques reste encore plus obscure. A la question de savoir en quoi consistent les opérations de désensibilisation, Philippe Mills, PDG de la structure qui a hérité de l’encours le plus toxique de Dexia, a expliqué que « le contrat initial était transformé sur le reste de sa durée de vie en prêt à taux fixe », mais que son débouclage ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Références

  • Voir l'audition de Robert de Metz, président du conseil d'administration de Dexia SA ici
  • Voir l'audition de Philippe Mills, PDG de la SFIL ici

Cet article est en relation avec le dossier

Contenu Premium

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

SFIL, Dexia : le risque transféré des collectivités locales à l’Etat

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement