Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Les experts-comptables, nouveaux soutiens des petites collectivités

Publié le 26/01/2016 • Par Auteur associé • dans : Billets finances, France, Opinions

La profession d'expert-comptable a été modifiée par la loi Macron du 6 août 2015. Ils peuvent désormais remplir, à titre principal, toute mission entrant dans leur domaine de compétence, sans l’obligation d’intervenir en comptabilité.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Philippe Arraou

Philippe Arraou

président du conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables

Généralement, l’image de l’expert-comptable est associée à la comptabilité, à l’établissement des comptes et à la fiscalité des entreprises. Ces missions ont effectivement été celles de la profession depuis son origine. Mais l’évolution de notre société, et par conséquent, ses besoins, a conduit l’expert-comptable à élargir son domaine de compétence et son périmètre d’intervention.

Au-delà de leur spécialité historique, leur profession a été modifiée par la loi Macron du 6 août 2015. Ils peuvent désormais remplir, à titre principal, toute mission entrant dans leur domaine de compétence, sans l’obligation d’intervenir en comptabilité.

Si les qualités professionnelles et les règles déontologiques des experts-comptables sont utiles aux entreprises, aux associations et aux particuliers, il n’y a pas de raison qu’elles ne le soient pas tout autant aux collectivités publiques !

Le contexte actuel de restriction des finances publiques conduit les collectivités à une recherche d’optimisation de leur budget afin de maintenir un service public avec moins de ressources financières. Les bonnes méthodes de gestion du privé peuvent parfaitement être extrapolées au secteur public et venir comme une réponse à la problématique de toutes les collectivités de notre pays. L’expérience et le savoir-faire des experts-comptables apparaissent ainsi comme un grand secours pour les collectivités, leurs élus et leurs agents.
Généralistes par leur formation initiale, validée par un diplôme d’Etat, compétents par leur impératif de maintien des connaissances, responsables par leurs obligations déontologiques, les experts-comptables offrent une palette de services extrêmement étendue.

Bien sûr, il y a la prérogative de la profession en matière comptable, qui peut la faire intervenir sur les comptes des collectivités, que ce soit pour des missions de conseil, de prise en charge de la tenue des comptes ou d’élaboration des comptes annuels. Mais les professionnels du chiffre peuvent également intervenir sur la gestion, ou les matières financières ou économiques, comme des missions de diagnostic financier ou d’audit de productivité, d’élaboration de plan pluriannuel d’investissement, de gestion de trésorerie et de suivi des flux financiers, d’assistance au processus budgétaire et de mise en place d’outils de gestion, de mise en place des procédures d’attribution, de contrôle et de suivi des subventions, etc.

Ces missions constituent de nouvelles opportunités pour les collectivités locales et doivent confirmer la place des experts-comptables dans le secteur public. Ils sont déjà présents, mais le seront désormais beaucoup plus, surtout auprès des collectivités de petite taille. Comme les petites entreprises sont les clients des experts-comptables, les petites collectivités ont vocation à l’être également à la recherche d’un service personnalisé de proximité dont elles ont besoin.

La profession enregistre un taux de satisfaction de plus de 90 % auprès des entreprises et des associations, alors que le recours à un expert-comptable n’est pas obligatoire. C’est donc bien l’utilité de la profession qui est reconnue, ce qui ne peut que servir la cause du secteur public et de l’intérêt général.

4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les experts-comptables, nouveaux soutiens des petites collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

26/01/2016 07h05

On ne trouve pas dans la FPT, des gens compétents…?
Il est vrai que le problème essentiel du Service public est devenu économique: alors, quoi de mieux que des experts-comptables pour gérer des finances publiques, sans états d’âme…
La Fonction publique est mal gérée, ingérable…? On l’entend dire par ceux qui voudrait la supprimer.
Dans quelques années, dix ans, elle aura été privée des trois quarts de ses fonctions, publiques, confiées au privé, forcément plus performant !…
Ce qui a été un choix politique va devenir un simple choix économique: c’est toute notre société qui est remise en question si on place comme priorité l’économique avant l’intérêt du citoyen.
Si on se projète un peu dans l’avenir, pour la même raison, on supprimera les allocations chômage (trop chères) les aides familiales, les retraites, la couverture santé, etc., etc. On détruit la Poste, EDF, les télécommunications, les transports ferroviaires etc… Trop chers… Il ne restera bientôt plus rien: rien ne résiste à l’argument économique.
Le servie public ne pouvait exister que parce qu’il n’était pas soumis à des contraintes de rentabilité, pour l’intérêt de tous, pour l’égalité des citoyens.
Adieu tout cela.
Moi, je dis ça, hein…

Christine

27/01/2016 11h04

Il faut tout de même préciser que rares sont les experts comptables qui disposent des compétences nécessaires à la gestion budgétaire et comptable des organismes publics , puisque l’acquisition de celles-ci ne fait pas partie du cursus de la profession !! J’en parle en connaissance de cause… J’en sors !!
De plus, les métiers (gestion privée – gestion publique) sont tout simplement différents et les enjeux, incomparables.
L’ouverture du secteur public local aux experts comptables (vers lequel certains d’entre eux se sont déjà tournés avec plus ou moins de succès: prérogatives obligent…) ne repose que sur la recherche de débouchés nouveaux !!! Et oui, la sphère de l’entreprise s’essouffle mais le lobby de la profession a eu raison des « vrais » professionnels de la gestion locale (fonctionnaires et consultants) en bidouillant (enfin… par le biais de loi, tout de même !!!) pour se légitimer auprès de nouveaux prospects potentiels …
Le réduction des ressources des collectivités locales est un état de fait, et je doute que les décideurs (élus et cadres) aient attendu de nouveaux « messie » pour essayer de trouver des solutions permettant d’ optimiser leur situation financière (sans compter le coût des prestations, a fortiori dans les (toutes) petites collectivités) !!!
Je suis certaine qu’ils ne s’y tromperont pas .

Kurosawa

27/01/2016 11h31

Monsieur Arraou semble oublier les principes les plus élémentaires de la comptabilité publique ce qui semble en dire long sur son manque de connaissance en la matière.

Un expert comptable ne peut en aucune façon « intervenir sur les comptes des collectivités, […] de prise en charge de la tenue des comptes ou d’élaboration des comptes annuels ».

Cela relève exclusivement de la compétence des comptables publics de la Direction Générale des Finances Publiques.

On peut également ajouter que les comptables publics ont une mission de conseil et peuvent effectuer des analyses financières basées sur une connaissance approfondie des spécificités de la comptabilité publique.

manava22

27/01/2016 10h33

étant moi même chargé du suivi financier et comptable dans un conseil départemental, priorité doit rester à mes collègues fonctionnaires chargés de ce suivi comptable et financier des budgets des collectivités avec une séparation entre le comptable public (DDFiP) et l’ordonnateur de la collectivité ; je ne vois, donc, pas l’intérêt de confier ces missions à l’ordre des experts comptables, lesquels gèrent très bien les entreprises privées et les associations ; les maires ou président d’EPCI qui en ont les moyens (mais je me demande bien lesquels ? ) peuvent, éventuellement, leur demander quelques conseils de bonne gestion dans le domaine de l’eau et des transports publics en cas de comptabilité analytique séparée, et encore.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement