Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Insertion professionnelle

Contrats aidés : le secteur public moins opportuniste mais réinsère aussi moins bien

Publié le 21/01/2016 • Par Sophie Le Gall • dans : Actu expert santé social, France

Remplir un document
Phovoir
L'enquête de la Dares « Le recours aux contrats aidés », publiée le 13 janvier 2016, permet de comparer, entre secteur marchand et secteur non marchand, le comportement des employeurs et les conditions de sortie du dispositif. Les résultats, modestes en terme d'intégration dans le secteur public, interrogent sur le bien-fondé de la politique de contrats aidés.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Vaut-il mieux décrocher un contrat aidé (emploi d’avenir ou contrat unique d’insertion, CUI-CIE et CUI-CAE), dans le secteur marchand ou dans le secteur non marchand ? Assurément, si on s’en tient aux prévisions d’intégration au terme du contrat, il est préférable de se tourner vers le secteur marchand. Interrogés par la Dares dans le cadre de l’étude « Le recours aux contrats aidés »(1), 84 % des employeurs du secteur marchand déclarent avoir l’intention de maintenir le contrat aidé dans leur établissement à l’issue de l’aide financière publique – ce taux est même de 88 % pour le secteur de l’hébergement et de la restauration. Ils ne sont que 37 % dans le secteur non marchant à faire la même prévision, 36 % pour les collectivités territoriales. Dans 64 % des situations de maintien dans l’établissement, l’employeur privé compte faire évoluer le salarié dans l’établissement contre 30 % pour les collectivités ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Contrats aidés : le secteur public moins opportuniste mais réinsère aussi moins bien

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement