logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/424687/f-pierre-abele-generaliser-la-certification-des-comptes-semble-ineluctable/

INTERVIEW
F. Pierre-Abelé : « Généraliser la certification des comptes semble inéluctable »
Gaëlle Ginibrière | A la Une finances | Actu experts finances | France | Publié le 07/01/2016

Spécialiste des finances publiques locales, Fabrice Pierre-Abelé officie depuis 2005 comme directeur financier. Il a d’abord travaillé dans des communes de Seine-et-Marne, avant d’intégrer, il y a cinq ans, le conseil départemental de la Meuse. Son credo : considérer les finances comme une discipline transversale à l’ensemble de la collectivité. Il s’est fait une spécialité de l’optimisation financière, de la gestion de la dette, de la prospective financière et de la qualité comptable.

A ce titre, il pilote depuis fin 2013 le groupe de travail de l’Association finances gestion évaluation des collectivités territoriales (Afigese) sur la certification des comptes des collectivités. Vieux serpent de mer, cette dernière – dont l’expérimentation est aujourd’hui actée dans l’article 110 de la loi « Notre » – représente pour lui une avancée notable. Il y voit un levier pour tendre vers une plus grande transparence financière.

Alors qu’aucune collectivité territoriale n’est jamais allée au bout d’une démarche de certification, Fabrice Pierre-Abelé fait le pari que, même si l’expérimentation ne concerne que quelques dizaines d’administrations locales, elle aura un effet d’entraînement. Intimement convaincu que les collectivités pionnières ont tout à gagner à participer à l’expérimentation, il admet cependant que le contexte pourrait freiner les candidates, qui devront se faire connaître d’ici à août 2016.

Attendue depuis de nombreuses années, l’expérimentation de ...

CHIFFRES CLES

200 millions d'euros : c’est le seuil initialement prévu pour rendre la certification obligatoire. 30à 40 collectivités pourraient y participer. La DGFIP comptait sur une centaine de collectivités pour expérimenter la certification des comptes, mais baisserait ses objectifs. 


POUR ALLER PLUS LOIN