Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Intercommunalité

Premier pas officiel vers la fusion dans le Sarladais

Publié le 19/07/2010 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Régions

Le 7 août 2010, la communauté de communes du Carluxais-Terres de Fénelon doit prendre une décision de principe prônant le rapprochement avec celles du Sarladais et du Périgord noir. Un premier pas vers le redécoupage intercommunal voulu par l'Etat.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En discussion depuis deux-trois ans, le projet de fusion des communautés de communes du Périgord noir (7 communes ; 5 000 hab.), du Carluxais-Terres de Fénelon (10 communes ; 3 700 hab.) et du Sarladais (7 communes ; 13 300 hab.) en Dordogne va franchir une nouvelle étape. Plutôt que d’être mises au pied du mur en 2012, date butoir imposé par l’Etat, les collectivités ont préféré prendre les devants.
Ainsi, avec l’adoption le 7 août d’une délibération par les élus de la CC du Carluxais-Terres de Fénelon prônant le principe d’un rapprochement, l’ensemble des trois collectivités concernées par le projet se seront prononcées pour entamer les discussions sur une fusion à trois et constituer un groupe de travail de techniciens. Cette dernière décision succède à celles prises par la CC du Périgord noir le 22 juin dernier et par la Communauté de communes du Sarladais le 5 juillet dernier.

Les élus ont retenu trois compétences :

  1. le tourisme ;
  2. le social (notamment portage des repas et transport à domicile) ;
  3. et l’urbanisme.

“Un des buts du rapprochement consiste à créer une complémentarité en matière touristique à partir de nos atouts : Sarlat-la Canéda, le seul pôle urbain dans cette partie de l’est de la Dordogne, la vallée de la rivière Dordogne qui compte parmi les plus beaux villages de France, et enfin, la rivière elle-même, axe structurant. L’autre enjeu demeure le social. Nous avons une population vieillissante. Sarlat-la-Canéda a des moyens que les autres n’ont pas, notamment un hôpital. Enfin, le troisième point consiste à harmoniser la politique d’urbanisme en commençant par les ZPPAUP”, a déclaré Vincent Passerieux, maire de Beynac-et-Cazenac, commune membre de la CC du Périgord noir , interrogé par la Gazette des communes le 16 juillet.

En parallèle, Jean-Jacques de Peretti, maire de Sarlat-la-Canéda et président de la CC du Sarladais, a fait paraître le 12 juillet un communiqué dans lequel il préconise un projet de territoire avec, notamment, le développement d’une politique touristique “de grande envergure” à travers un Etablissement Public à caractère industriel et commercial dont l’une des missions sera la mise en œuvre d’une centrale de réservation efficace. “Cela passera également par une harmonisation des recettes de la taxe de séjour susceptible de faire l’objet de reversements sous diverses formes”, est-il écrit. Conseil d’Etat, dernier sujet est la point d’achoppement des discussions.

Perte non compensée

Lors de son conseil d’administration du 16 juillet, l’office de tourisme de Sarlat-la-Canéda a en effet décidé de se retirer de la centrale de réservation Destination périgord noir, pourtant créée en 2006 au niveau du Pays du Périgord noir (146 communes ; 77 782 hab.) pour coordonner la politique touristique. Sarlat-la-Caneda étant la ville qui attire le plus de touristes sur le territoire, il avait été admis de compenser à l’euro prêt les excédents dégagés par la centrale de réservation. Or, la perte estimée à 190 000 euros pour la commune n’a pas été compensée, faute d’accord.

Pour l’heure, les négociations doivent se poursuivre également pour savoir si la fusion se fera avec les trois CC ou seulement entre la CC du Sarladais et celle du Périgord noir.

Le sous-préfet de Sarlat-la-Caneda a deux mois pour proposer un périmètre définitif du territoire (soir 22 000 habitants).

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Premier pas officiel vers la fusion dans le Sarladais

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement