logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/424441/les-victimes-du-terrorisme-demandent-a-letat-de-clarifier-sa-strategie/

ATTENTATS
Les victimes du terrorisme demandent à l’Etat de clarifier sa stratégie
Hervé Jouanneau | Actu prévention sécurité | France | Publié le 05/01/2016 | Mis à jour le 06/01/2016

Un an après la première vague d'attentats qui a frappé la France, l'Association française des victimes du terrorisme a demandé le 5 janvier à l'Etat de prendre des mesures supplémentaires pour combattre le terrorisme et la radicalisation. En ligne de mire : la lutte contre le conspirationnisme, le renforcement des moyens policiers et judiciaires et une meilleure prise en compte des actions menées par la société civile.

« Nous refusons que le terrorisme soit vécu comme une fatalité ». Alors que la France commémore le premier anniversaire des attentats commis contre Charlie Hebdo et l’Hyper-Casher à Paris, l’Association française des victimes du terrorisme(AFVT) dresse le bilan de la sanglante année 2015 et interpelle l’Etat.

Dans un communiqué daté du 5 janvier 2015, elle demande aux pouvoirs publics de « clarifier la stratégie de l’Etat en matière, non pas de « dé-radicalisation » uniquement, mais surtout, de prévention contre l’adhésion aux thèses islamistes qui, souvent, conduisent, sinon à des actes de violence ou d’apologie de terrorisme, à des comportements antirépublicains et anti-laïcs ».

L’AFVT observe par exemple qu’une partie de la jeunesse « est soumise à des processus d’endoctrinement et à la diffusion de thèses conspirationnistes, propagés à travers Internet, mais aussi par des chaînes satellitaires émettant à partir de « pays amis » ».

Les moyens du renseignement – Autre demande : « clarifier la politique en matière de lutte contre le terrorisme islamiste, notamment quant aux moyens humains et matériels ». Selon l’association, « il s’agit à la fois de réorganiser et d’étoffer les services de renseignement et les instances judiciaires en les dotant de ressources et d’outils qui leur permettraient de mener leurs missions dans les meilleures conditions ».

Troisième et dernière demande : « clarifier les rapports entre l’Etat et la société civile afin que celle-ci soit associée de manière pérenne, objective et cohérente, dans le cadre d’une stratégie définie par l’Etat, dans le but d’assurer toutes les actions citoyennes de prévention contre le terrorisme et ce qui le nourrit ».

REFERENCES