logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/424046/des-precisions-sur-la-procedure-de-concertation-facultative/

URBANISME
Des précisions sur la procédure de concertation facultative
Jean-Marc Joannès | Textes officiels | TO parus au JO | Publié le 04/01/2016 | Mis à jour le 30/12/2015

La partie réglementaire du code de l’urbanisme est mise en conformité  avec les dispositions issues de la loi du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové et de la loi du 20 décembre 2014 relative à la simplification de la vie des entreprises et portant diverses dispositions de simplification et de clarification du droit et des procédures administratives.

Ainsi, un décret du 28 décembre 2015 apporte des précisions concernant la mesure relative à la concertation préalable facultative en amont, prévue au III bis de l’article L. 300-2 du code de l’urbanisme [1]. Il précise l’autorité chargée d’établir le bilan de la concertation, prévoit sa transmission au maître d’ouvrage dans un délai de vingt et un jours à compter de la clôture de la concertation, et impose au maître d’ouvrage d’établir un document expliquant les conséquences tirées du bilan, qui doit être joint à la demande de permis.

Le texte majore d’un mois, pour tenir compte du délai de saisine de l’autorité environnementale, le délai d’instruction des projets soumis à permis de construire ou à permis d’aménager faisant l’objet d’une étude d’impact, et d’une procédure de mise à disposition du public en application du III bis de l’article L. 300-2 du code de l’urbanisme [1] et de l’article 12 de la loi de simplification de la vie des entreprises.

Par ailleurs, le décret prévoit que l’obligation de joindre l’étude d’impact au dossier de demande de permis ne concerne que les cas où l’étude d’impact est exigée en vertu des dispositions du code de l’environnement [2] pour des projets soumis à autorisation en application du code de l’urbanisme [3].

Enfin, le décret modifie l’article R. 621-94 du code du patrimoine [4], afin de préciser que l’avis de l’organe délibérant de la collectivité territoriale compétente sur le projet de périmètre de protection adaptée est requis, non seulement lors de l’élaboration de la carte communale, mais également lors de sa révision.

REFERENCES