Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

Le Syctom déplore le manque d’aides publiques pour ses équipements

Publié le 16/07/2010 • Par Marion Kindermans • dans : Régions

Le syndicat intercommunal en charge des ordures ménagères sur 84 communes franciliennes devra a priori financer une énorme partie des plus de 800 millions d’euros que coutera l’incinérateur d’Ivry.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alors que toutes les réglementations, dont les lois Grenelle, nous fixent des objectifs exigeants et ambitieux en matière de déchets, il n’est pas normal que l’Etat ne nous soutienne pas plus dans le financement de nos équipements. Dans le secteur de l’eau, les unités de traitement bénéficient davantage d’aides, dénonce François Dagnaud, président du Syctom, et adjoint au maire de Paris.

Le Syctom traite et valorise les déchets de 5,5 millions d’habitants de 84 communes de l’agglomération parisienne (dont Paris). Il a traité 2,43 millions de tonnes de déchets ménagers en 2008, ce qui en fait le premier syndicat intercommunal européen dans ce secteur.

Le Syctom travaille à la finalisation de son projet d’incinérateur et d’usine de méthanisation, en charge de remplacer l’ancienne unité d’Ivry-Paris XIII. Le projet a été évalué, au terme de trois études de faisabilité, à un coût minimum de 800 millions d’euros.
Mais celui-ci pourrait être gonflé en fonction de l’enfouissement, ou pas, du centre et en fonction de l’enterrement du tunnel devant relier le centre à la Seine, sur laquelle seront acheminés les déchets.

Diminution des déchets de 20 %
Pour le précédent ouvrage du Syctom, le centre Isséane à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), salué pour ses prouesses architecturales, l’investissement de 600 millions d’euros avait été assumé à 98% par les 84 communes du Syctom, seulement 2% venant de subventions publiques, du conseil régional Ile-de-France et de l’Ademe, souligne François Dagnaud. Ce sont des équipements indispensables mais qui sont couteux car nous sommes en milieu urbain dense.
Isséane devait ainsi s’intégrer parfaitement dans le paysage urbain, situé entre les sièges sociaux de Microsoft et d’Yves Rocher. Pour le futur centre d’Ivry, dont le débat public s’est achevé en décembre 2009 laissant place à une ultime phase de concertation entre les différents acteurs, deux axes s’imposent : une démarche architecturale d’intégration urbaine et une logique de diminution des déchets.
Alors qu’Isséane atteint une réduction de 10 à 15% de déchets traités, le centre d’Ivry aura une capacité de 600 000 tonnes, contre 730 000 actuellement, soit une baisse de 20%. Le démarrage des travaux est prévu sur 2014-2019 avec une mise en service progressive.

En attendant la designation de l’opérateur qui assurera la conception, la réalisation et l’exploitation de ce centre dès 2014 – un énorme marché – , c’est Suez, à travers sa filiale Novergie, qui a remporté le contrat d’exploitation du centre. S’étalant sur trois ans ferme, à hauteur de 90 millions d’euros, il pourra être renouvelé pour trois ans supplémentaires conditionnels. Soit un marché global de 170 millions d’euros. L’ancien gestionnaire, Tiru (filiale d’EDF), voit ainsi la fin de son contrat. Le cahier des charges de cet énorme projet sera validé par le Syctom au premier semestre 2011.

Régions

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Syctom déplore le manque d’aides publiques pour ses équipements

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement