logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/42030/le-pont-de-verdun-sur-garonne-sera-realise-en-partenariat-public-prive/

FINANCEMENTS DES INFRASTRUCTURES
Le pont de Verdun-sur-Garonne sera réalisé en Partenariat Public Privé
Carina Louart | Régions | Publié le 13/07/2010 | Mis à jour le 17/11/2010

Le conseil général du Tarn-et-Garonne vient de signer un partenariat public privé (PPP) pour la construction du pont de Verdun sur Garonne. Une première pour un ouvrage d’art de cette catégorie qui est loin de faire l’unanimité au sein du département.

Face à un stock de dette de 189,5 millions d’euros, soit 761 euros par habitants, le conseil général du Tarn et Garonne, présidé par Jean-Michel Baylet (PRG) depuis 1985, a finalement choisi de recourir au PPP pour remplacer le pont de la commune de Verdun-sur-Garonne (3 910 habitants).
Voilà des années que les habitants attendaient sa construction. Vieux de 80 ans, ce pont suspendu n’était plus adapté : trop limité en charge et en gabarit, son accès ne pouvait se faire qu’en alternance pour les voitures et était interdit au transport collectif.
En 2005, le conseil général décide de recourir au PPP ; en janvier 2007, l’avis d’appel public est lancé, trois candidats sont retenus, mais deux d’entre eux se retirent et en avril 2009 ; le groupe Vinci construction se retrouve seul à remettre une offre.
Le 30 avril 2010, le PPP associant Vinci pour la construction et Dexia pour le financement est signé, pour un démarrage des travaux à l’été 2010. Construit à 20 mètres en aval de l’ouvrage actuel, ce nouveau pont suspendu à travée unique de 154 mètres, d’une largeur utile de 10,8 mètres franchira la Garonne sans appui définitif intermédiaire dans la rivière.

Un contrat sur 28 ans
L’investissement (construction, conception) du groupe Vinci, évalué à 19,3 millions d’euros TTC sera remboursé par le conseil général sous forme de loyer d’1,55 millions d’euro TTC par an, jusqu’au 30 avril 2038. Ce loyer comprend la construction, l’entretien, les réparations, la maintenance et la redevance d’exploitation de l’ouvrage auxquels s’ajoutent les frais de démolition de l’ancien pont, soit un coût total prévisionnel du contrat signé par le conseil général d’un montant de 42,18 millions d’euros.

Un investissement jugé par les Verts du département exorbitant et disproportionné au regard de l’ouvrage. Le conseil général a opté pour la solution de facilité, sans étudier d’autres solutions de financement plus éthiques et moins onéreuses pour les habitants du département, dénonce Alain Jean, ancien porte-parole.

Même sentiment d’incompréhension de la part de François Bonhomme conseiller général UMP et maire de Caussade qui dénonce l’opacité du contrat. Ni la complexité, ni le caractère innovant de l’ouvrage, ni même le gain de temps par rapport à une autre procédure ne justifient le recours au PPP. L’absence de mise en concurrence aurait dû par ailleurs aboutir à déclarer l’appel d’offres infructueux. De manière générale regrette-il, et au regard de l’assèchement fiscal à venir du département, le conseil général aurait dû s’abstenir de s’engager sur une période de 28 ans.

Du côté du conseil général, le silence est de mise et l’on se refuse à faire tout commentaire sur le contrat. Le pont de Verdun-sur -Garonne sera ouvert à la circulation le 1er mai 2013.