Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Protection de l'enfance

70 000 enfants handicapés à l’ASE : « invisibles et doublements vulnérables »

Publié le 23/11/2015 • Par Catherine Maisonneuve • dans : Actu expert santé social, France

Genevieve-AVENARD-credit-DSAF-DPL
DSAF-DPL
A l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre, Jacques Toubon, le Défenseur des droits et Geneviève Avenard, la Défenseure des enfants, son adjointe, ont rendu public leur rapport annuel sur les droits de l’enfant. Ils ont choisi de le consacrer à un sujet peu connu et traité : les enfants en situation de handicap pris en charge par les services de la protection de l’enfance. Un rapport très dense de 130 pages. Geneviève Avenard fait le point sur la situation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Sur les 308 000 enfants faisant l’objet d’une mesure d’aide sociale à l’enfance, votre rapport estime à 70 000 le nombre de ceux qui sont en situation de handicap : avez-vous été surprise de cette proportion considérable ?

Oui. Pourtant, nous recevons de multiples réclamations individuelles qui nous alertent, provenant aussi bien de parents, que d’associations ou de professionnels. Et, vous le savez, j’ai été responsable pendant de nombreuses années de l’action sociale des conseils généraux d’Eure-et-Loir et de la Côte-d’Or, puis d’une association du champ de la protection de l’enfance, et donc, par expérience, je connais les situations souvent inextricables de ces enfants. Lorsque nous nous sommes attelés à la rédaction de ce rapport, nous nous sommes aperçus des difficultés à croiser les données relatives au handicap et à la protection de l’enfance, et du manque de synthèse nationale fiable.

Notre travail est véritablement inédit. Mais 70 000 est une estimation. Nous nous sommes ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

70 000 enfants handicapés à l’ASE : « invisibles et doublements vulnérables »

Votre e-mail ne sera pas publié

karim Touahmia

25/11/2015 07h25

cette étude était indispensable. Des enfants pris en charge effectivement mais nous avons a progressé de la cohérence de nos actions elle nous aidera à travailler collectivement à des accompagnements plus adaptés aux besoins des enfants concernés.
Nous savons qu’aujourd’hui la collaboration de tous les services et acteurs est nécessaire mais nos pratiques sont encore trop cloisonnées.
Karim Touahmia

nathalie777

02/03/2017 04h35

bonjour, l’ase c’est a foutre en l’air, je suis maman d’une jeune fille handicapée, ils ont voulu me la placer , comme ci que notre vie n’est pas assez difficile , j’ai du aller devant le juge des enfants avec un avocat, le payer, et me battre pour me defendre, reproche qui me sont faites; je suis trop proche de ma fille, non mais c’est quoi cette blague! on a pu eviter le placement mais ils nous on remis encore un suivi jusqu’a ses 18 ans
je suis une victime de cette institution délirante

Christine

04/08/2017 09h25

Bonsoir,maman d’un jeune adulte diagnostiqué autiste sévère (peut-ètre mème Xfragile),mon fils a été placé en famille d’accueil à l’age de 18 mois puis en internat en IME six ans plus tard ,sur des suppositions farfelues du CMP évoquant une dépression du nourrisson liée à des difficultés affectives (je ne l’ai su que bien plus tard),une annexe au plan autisme 3 (annexe 38) a été ajoutée en 2015 ,suite à l’affaire Rachel,à destination des travailleurs sociaux mais aujourd’hui,toujours pas l’ombre du début de quoi que ce soit et le placement des trois enfants de Rachel à été reconduit pour une troisième année ,malgré les diagnostics d’autisme posés entre temps par un CRA…. Quand est-ce que les institutions vont se décider à former leur personnel en adéquation avec la science et non sur des cours théoriques farfelus et obsolètes…??? Combien d’années encore va-t-on continuer à briser des milliers de familles sur le dos des contribuables et sur l’autel de la psychanalyse…???

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement