Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

Algues vertes en Bretagne : le comité de suivi du plan gouvernemental ne s’est pas réuni

Publié le 07/07/2010 • Par Stéphanie Stoll • dans : Régions

A la demande de Jean-Yves Le Drian, président (PS) du conseil régional de Bretagne, et suite au retrait d’une demi-douzaine d’associations et de la Confédération paysanne, le préfet de Bretagne a annulé la réunion du comité de suivi du plan gouvernemental de lutte contre les algues vertes qui devait se tenir mardi 6 juillet.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ce désistement fait suite à l’adoption, par l’Assemblée nationale, d’un amendement à la loi sur la modernisation de l’agriculture. Ce texte reprend l’esprit de celui qu’avait présenté le député (UMP) des Côtes-d’Armor, Marc Le Fur, afin de relever le seuil au-delà duquel les élevages industriels seraient soumis à autorisation (voir la Gazette du 5 juillet).
Le nouvel amendement renvoie à un décret qui prévoirait « un dispositif permettant d’exonérer d’enquête publique et d’étude d’impact les regroupements ou modernisations [d’élevages] dès lors qu’ils ne s’accompagnent pas d’augmentation sensible de la capacité de ces élevages ou d’effet notable sur l’environnement » ; ce décret devra être pris avant le 31 décembre 2010.

« On ne peut pas poser des mesures strictes pour que les algues vertes disparaissent, et en même temps, alléger les contraintes sur les élevages porcins, » a exposé M. Le Drian qui a demandé à être reçu par les ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture. A la veille de la saison touristique, les communes de Kerlaz et Douarnenez (Finistère) ont fermé la plage du Ris, envahie d’algues vertes ; nettoyée, elle est de nouveau ouverte.

La troisième réunion du comité de suivi devrait se tenir au début du mois de septembre. « Ce délai permettra d’éviter que la concertation sur le dossier des algues vertes, essentielle à son bon avancement, soit perturbée par les interrogations qui subsistent aujourd’hui au niveau national sur la question des installations classées en élevage, » estime la préfecture.

Enfin, le 19 juillet, les nouvelles installations de traitement des algues vertes par séchages seront inaugurées à l’usine de traitement des déchets de Launay-Lantic (Côtes-d’Armor) en présence de Chantal Jouanno et Bruno Lemaire.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Algues vertes en Bretagne : le comité de suivi du plan gouvernemental ne s’est pas réuni

Votre e-mail ne sera pas publié

Thouverey

09/08/2010 03h33

J’ai été gazé à Damgan le jeudi 29 07 à 11h du matin ,je suis tombé sec
dans une crevasse et maintenant j’ai une prothèse de l’épaule gauche .
je veux bien aider les agriculteurs mais là stop je ne veux être ni cobaye ni gazé pour l’instant j’ai mal , on sait que NH3 tue et je pense à ceux qui seront handicapés dans 5 ou 10 ans , comme pour l’amiante ou à ces enfants qui n’auront pas un développement normal ,ce n’est pas acceptable de continuer ainsi , car si les touristes ne viennent plus en vacances que feront les agriculteurs alors pour sauver leur magnifique région ? Moi j’irai ailleurs et pas question que je paie d’avantage d’impôts

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement