Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Etablissement public

L’Epadesa vient de naitre officiellement sur La Défense

Publié le 05/07/2010 • Par Marion Kindermans • dans : Régions

Fruit de la fusion entre l’Epad et l’Epasa, le nouvel établissement public va gérer, sur un périmètre étendu, le développement programmé par l’Etat du premier pôle d’affaire européen.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Attendu depuis des mois, le décret, officialisant la fusion de l’Epad et de l’Epasa, est paru au Journal Officiel le 2 juillet. L’Etat crée ainsi un nouvel établissement public d’aménagement sur le territoire : La Défense Seine Arche (Epadesa), qui doit réunir les OIN (Opérations d’interet national), de la Défense et de Seine Arche. Le périmètre va s’étendre : il englobe au delà du territoire actuel de la Défense (160 ha) et de celui de Seine Arche (320 ha à Nanterre), les quartiers de la Caserne Rathelot, à Nanterre, la zone d’activités du Petit Nanterre, à Courbevoie, et le quartier des Champs Philippes à La Garenne-Colombes.
Au total, la surface passe de 479 à 564 ha. L’Epadesa a « pour mission de favoriser l’aménagement, le renouvellement urbain, le développement économique et social et le développement durable de l’espace qui lui est confié ». Il est dirigé par un conseil d’administration de seize membres, répartis entre six représentants de l’Etat désignés par les ministres chargés de l’urbanisme, des transports, de l’architecture, de l’économie, du budget, des collectivités territoriales, ainsi que par neuf représentants des collectivités territoriales (Région Ile-de-France, Conseil Général des Hauts-de-Seine, Courbevoie, Puteaux, La Garenne-Colombes, Nanterre et Paris), ainsi que par une personnalité qualifiée désignée par le premier ministre. Sa création sera effective à l’issue du premier conseil qui devrait se réunir dans un délai de trois mois à compter du 2 juillet. Les élus du MoDem, par la voix de Sylvie Cancelloni, conseillère municipale MoDem de Puteaux, dénoncent la mainmise de l’Etat : « avec 12 sièges sur 16, la droite contrôlera totalement le premier pôle d’affaires européen » s’insurge-t-elle.

La Défense représente aujourd’hui 3 millions de m2 de bureaux et 20 000 habitants. Cette fusion s’insère dans le plan de renouveau ambitieux de la Défense annoncée en 2006 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’aménagement du territoire et président du Conseil général des Hauts-de-Seine. Le plan prévoit la construction de 500 000 m2 de bureaux neufs et 110 000 logements. La réaction de Patrick Jarry, maire (PCF) de Nanterre, opposant farouche de toujours au projet de fusion, ne devrait pas se faire attendre. Comme la plupart des adversaires du projet, il dénonce la mainmise de l’Etat et la course au développement de bureaux dans un site déjà en proie à l’engorgement des transports. « C’est un projet immobilier de tours fait par et pour les promoteurs sans se soucier ni des habitants, ni de l’environnement » dénonce Sylvie Cancelloni. Ce nouveau pas en avant devrait aussi raviver les conflits politiques pour la présidence. Fin 2009, la candidature de Jean Sarkozy à la tête de l’Epad (et donc en toute logique du futur établissement né de la fusion) avait provoqué un tollé. Ce dernier est jusqu’à présent membre du conseil d’administration de l’Epad. Fin mai 2010, la présidente de l’Epad et maire de Puteaux, Joelle Ceccaldi-Raynaud (UMP), a indiqué son intention de se porter candidate à la présidence du futur Epadesa. Une chose est certaine : on sait déjà que Philippe Chaix, directeur général des deux entités, Epad et Epasa, nommé en octobre 2008, prendra la direction de l’établissement public.

Nanterre choisit la CAMV
Le 29 juin, quelques jours seulement avant la parution du décret de fusion Epad-Epasa au JO, le conseil municipal de Nanterre a adopté à l’unanimité l’adhésion de la Ville à la communauté d’agglomération du Mont-Valérien. Cette dernière regroupe Rueil-Malmaison et Suresnes. L’entrée de Nanterre portera le groupement à 200 000 habitants. L’intégration sera effective le 1er janvier 2011.

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Epadesa vient de naitre officiellement sur La Défense

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement