Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

C comme confiance

Publié le 12/09/2017 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

Dérivé du verbe confier (confidere – cum « avec » et fidere « fier »), la confiance renvoie à l’idée de remettre un bien à quelqu’un en se fiant « à sa bienveillance et à sa bonne foi », écrit la philosophe Michela Marzano.

La philosophe juge la confiance à la fois « fondamentale », pour créer des relations humaines, envisager l’avenir, « bâtir un projet qui se développe dans le temps », et dangereuse par le risque de « trahison » qu’elle représente.

Au-delà de la foi placée en une personne, le mot désigne, relève Flavien Le Bouter, le crédit accordé notamment à « un système social général, une institution, un système technique ou expert, une organisation ».

Citant Georg Simmel qui y voyait « l’une des forces de synthèse les plus importantes au sein de la société », le chercheur qualifie la confiance de « fondement de l’ordre social », rendant possibles et structurant les relations sociales. Cette fonction au service de la cohésion sociale oblige à considérer, avec Niklas Luhmann, la confiance envers les systèmes fonctionnel, économique, scientifique ou politique, et leurs médias respectifs, l’argent, la vérité et le pouvoir.

Anthony Giddens souligne le « rôle décisif joué par les points d’accès » pour la gagner : l’attitude des représentants de ces systèmes abstraits et experts doit démontrer leur fiabilité personnelle pour créer une confiance systémique « re-personnalisée » et réduire la défiance citoyenne.

La confiance requiert l’extrapolation du futur ; l’incertitude due à « l’insuffisance d’informations » en justifie le besoin. Pour Talcott Parsons, elle peut combler le fossé de compétences entre l’expert et le profane quand il devient impossible de maîtriser des situations complexes.

À ce compte-là, la confiance dans la vie démocratique ne siègerait-elle pas dans une communication loyale, un espace où l’identification des problèmes et l’élaboration de solutions avec les citoyens sont rendues possibles, pour une prise de risques partagée ?

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

C comme confiance

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement