Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Les pensions des territoriaux : témoignages après la réforme de 2010

Publié le 14/06/2010 • Par Martine Doriac • dans : Actu Emploi, Dossiers d'actualité, Dossiers Emploi

6 fonctionnaires territoriaux aux parcours différents témoignent sur leur pension perçue ou attendue, après la réforme de 2010. Où l'on voit que les fonctionnaires territoriaux sont loin d'être des privilégiés.

 

Christine B., 53 ans, 700 € (pension estimée)

Fonction : rédacteur chef (B), adjointe au budget dans un conseil général

« Une injustice pour les polypensionnés ! »

Après 20 ans passés dans le secteur privé, j’ai recommencé en tant que débutante dans le public en 1997, sans reprise d’ancienneté. J’apportais un savoir-faire, mais ma carrière, malgré concours et examens, est en retard par rapport aux nouveaux recrutés qui, depuis 2005, voient leur ancienneté reprise et me passent devant pour la promotion. Pour ma retraite, c’est un préjudice : celle du privé est calculée sur 25 ans. Je ne les ai pas. Celle du public l’est sur les 6 derniers mois. Je n’aurai pas atteint la moitié de ma grille. J’aurai 700 euros. Calculer sur 10 ans serait encore plus injuste. Je n’aurai pas de quoi vivre après avoir cotisé 41 ans, voire plus !

Serge Mordelet, 56 ans, 974 € (pension estimée)

Fonction : brigadier-chef de police municipale (C) à Auxerre (Yonne), représentant FA-FPT

« Comment vivre avec moins de 1 000 euros ? »

Relevant de la catégorie dite « active », j’aurais pu partir à 55 ans, mais j’y ai renoncé après avoir fait calculer ma pension. J’aurais reçu 974 euros par mois de la CNRACL, alors que je gagne, au dernier échelon, 1 807 euros net, primes de 20 % comprises. J’ai débuté en 1983. Je cumule 106 trimestres en territoriale et 35 ans d’activité. Si je continue jusqu’à 65 ans, je gagnerai peut-être 40 euros de plus. Nous demandons que nos primes comptent toutes pour la retraite, comme dans la police nationale, et que l’indemnité spéciale de fonction devienne obligatoire car certains collègues ne dépassent pas 1 400 euros en fin de carrière.

Bernard Lacour, 59 ans, 1 080 € (pension estimée)

Fonction : contrôleur de travaux (cadre B) à Wattrelos (Nord)

« Prendre en compte la pénibilité »

Apprenti dès 14 ans, je suis entré en 1982 comme manœuvre dans la fonction publique. Aide-ouvrier, ouvrier professionnel, maître-ouvrier puis agent de maîtrise, je suis contrôleur de travaux depuis 2009. Je perçois 2 050 euros brut dont 420 euros de primes. Ma pension pour 30 ans de service public est estimée à 1 080 euros. Ma retraite du privé s’élèvera à 270 euros dont 60 de complémentaire, soit 1 350 euros pour 45 ans de cotisations. J’hésite à m’arrêter, mais travailler devient parfois dur.

Jean-Marie Cadet, 62 ans, 2 872 € (pension perçue)

Fonction : DGS de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) jusqu’en septembre 2009, président de l’Union Lorraine du SNDGCT jusqu’en juin 2010

« Passer de 4 900 euros à 2 800, on s’y prépare »

Ma pension s’élève à 2 872 euros, soit 59 % de ma rémunération antérieure (4 900 euros net, régime indemnitaire et nouvelle bonification indiciaire compris, indice 1015) avec une surcote de 8,5 % car j’ai travaillé de 18 à 62,5 ans et cumulé 178 trimestres, soit 44,5 annuités. Au titre de la retraite additionnelle de la fonction publique [RAFP], j’ai perçu 4 300 euros en capital. J’ai débuté en catégorie C, comme agent de bureau, puis j’ai passé le concours de commis. De rédacteur, je suis devenu secrétaire général puis directeur général. Je ne me plains pas. Il y a pire situation. Passer de 4 900 à 2 800 euros, on s’y prépare. Mais les primes devraient être incluses dans le calcul de la pension de retraite.

Gérard Faux, 56 ans, 2 000 € (pension estimée)

Fonction : éducateur sportif (cadre B) à Goussainville (Val-d’Oise)

« Lasser la place aux jeunes »

Je ne m’imagine pas continuer à travailler en voyant le but reculer constamment. Cette incertitude m’insupporte. En plein-emploi, ce serait différent. Mais aujourd’hui, rester empêche les jeunes de travailler. Ma reconstitution de carrière a été faite. Je ne serai pas le plus malheureux. Je percevrai 75 % de mes 2 506 euros actuels, soit plus de 2 000 euros avec la nouvelle bonification indiciaire. C’est correct. Mais une majorité de mes collègues ne toucheront pas cette somme. Pour eux, les conditions de vie sont serrées. Le débat en cours ressemble à un tour de prestidigitation. Si nos salaires avaient suivi le cours du CAC 40, nous n’aurions pas de problème pour la retraite !

Martine Boesch, 60 ans, 1 160 € (pension estimée)

Fonction : adjoint administratif (C) dans le Haut-Rhin, après avoir été Atsem

« Ma carrière a été bloquée 20 ans »

J’ai débuté à 14 ans, dans une usine, où j’ai cotisé 60 trimestres. En 1969, je me suis arrêtée pour élever mes enfants. Recrutée en 1978 comme Atsem, j’ai été opérée et déclarée inapte en 1989. Reclassée en 1992 dans un service de comptabilité, je n’ai obtenu le grade d’adjoint administratif qu’en 2005. Ma carrière a été bloquée 20 ans. Je partirai à l’échelle 4, malgré d’excellentes notes. Pour 188 trimestres, je recevrai 950 euros brut de la CNRACL et 210 euros du régime général et de la complémentaire.

Cet article est en relation avec les dossiers

Cet article fait partie du Dossier

Réforme des retraites : quels effets pour les fonctionnaires

Sommaire du dossier

  1. Santé au travail : les nouveaux visages de la pénibilité
  2. Le b.a-ba de la retraite dans la fonction publique territoriale
  3. Pénibilité au travail : vers une culture collective de la prévention
  4. Les retraites du secteur public sont-elles plus avantageuses que dans le secteur privé ?
  5. Pénibilité : « Investir dans la santé au travail est un arbitrage difficile pour les élus »
  6. Comment les pensions de retraites évolueraient lors d’un passage aux règles du privé ?
  7. Pénibilité au travail : des métiers qu’il faut assumer… avec modération
  8. Fonction publique : jusqu’à quand les cotisations retraites vont-elles augmenter ?
  9. « Décote » et « surcote » des retraites : les paramètres à prendre en compte
  10. Retraites : les gagnants et les perdants du protocole PPCR
  11. Portrait-robot du nouveau retraité territorial
  12. Quelle retraite pour les contractuels et les autres agents non titulaires de la fonction publique ?
  13. Retraites : que se cache-t-il derrière la CNRACL ?
  14. Retraite additionnelle : le RAFP en 7 questions
  15. Retraites : les réponses aux questions les plus fréquentes
  16. Retraites des territoriaux : Les paramètres de la réforme de 2010
  17. Départs en retraite : de la visibilité… jusqu’à quand ?
  18. Retraite : des gagnants et des perdants chez les polypensionnés
  19. Réforme des retraites : ce qui change pour les fonctionnaires
  20. Les pensions des territoriaux : témoignages après la réforme de 2010
  21. Carrières atypiques : mode d’emploi des retraites
  22. Retraites des territoriaux après la réforme de 2010 : le traitement au cas par cas
  23. Des efforts déjà consentis depuis la loi « Fillon » de 2003
  24. Les systèmes de retraites en Europe, et leur réforme
  25. Ressources et simulateurs de calcul de retraite pour les fonctionnaires
3 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les pensions des territoriaux : témoignages après la réforme de 2010

Votre e-mail ne sera pas publié

DIDDL

07/11/2010 05h17

pourquoi ne faisons-nous pas un courrier chacun pour expliquer….en haut lieu comment allons-nous vivre le reste de notre vie avec des retraites aussi riquiquis….

dudul

16/11/2010 07h35

hontheux pauvre france ou va t on faisons vivre ses requins avec milles euros on verra si ils survive j ai honte de se que devien mon pays.
Je dis tout haut se que les gens penssent tout bas.

jakyxxxl

21/11/2010 04h01

j’ai pas bien compris le fond de votre pensée

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement