Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

M comme moralisation

Publié le 26/06/2017 • Par Nathalie Levray • dans : A la Une santé social, Actu Santé Social

La morale (du latin mores, les mœurs) recouvre les règles de conduite individuelle admises à une époque donnée ou par un groupe d’individus.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

« Choix d’homme libre » pour Barbara Cassin, « nomenclature des devoirs » pour Anne Salmon. La morale, c’est aussi l’ethos, « les normes, implicites ou explicites, d’un groupe ou d’une société qu’intériorisent (plus ou moins bien) celles et ceux qui y vivent », explique Gérard Mauger. Pour André Gorz, la morale n’existe pas, mais seulement des instruments et des repères pour s’en inventer une.

Envisager la moralisation de la vie publique révèle un malaise des administrés, en termes de confiance, d’information et de droit de savoir, d’intérêt général, de transparence des méthodes et des décisions. C’est avouer une certaine « démoralisation », au sens de la transgression des finalités et du sens de l’action publique. Pour y faire face, Émile Durkheim recherchait des règles consacrées par l’autorité d’un groupe, « une manière d’agir obligatoire » exclusive de « l’arbitraire de l’individuel ». Est-ce assez de vouloir remoraliser la vie publique, en réalité la réguler, pour éviter la réprobation ou la disqualification par les citoyens sans se pencher sur la probité, l’impartialité et la responsabilité de ses acteurs pris individuellement ?

La moralisation est une « ressource » pour imposer un modèle et une norme. Dans la société capitaliste, Bourdieu l’analyse comme « l’intégration logique et morale de la classe dominante ». Les politiques sociales illustrent cette « entreprise de normalisation et de moralisation », prévient Guy Bourgeault. Une intervention sociale, moraliste et moralisée, légitime et administre la pauvreté, l’exclusion, la déviance à la « normalité » sociale par l’individu. À l’instrumentalisation d’une moralisation encadrant les conflits d’intérêts et les relations du pouvoir et de l’argent, ne vaudrait-il pas mieux un contrat social librement défini et consenti ?

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

M comme moralisation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement