Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Les agents des services sociaux du Var dénoncent leurs conditions de travail

Publié le 03/06/2010 • Par Emmanuelle Quémard • dans : Régions

Une grève de 24 heures a été observée le 1er juin. D’autres actions pourraient suivre.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A l’appel de la CGT, les agents des services sociaux du conseil général du Var ont observé un mouvement de grève de 24 heures, le 1er juin. Selon le syndicat, qui envisage de nouvelles actions dans les prochaines semaines, 60% du personnel a cessé le travail, l’administration estimant, de son côté, que le taux de grévistes n’a atteint que 34% de l’effectif de la Direction de la solidarité départementale et territoriale (DSDT).
Le conflit porte sur les conditions de travail des personnels sociaux au moment où l’institution varoise s’est engagée dans une politique très ferme de maîtrise de ses dépenses de fonctionnement.

Pour Laurence Bazzucchi, secrétaire du syndicat CGT des fonctionnaires départementaux, les 800 agents affectés à la DSDT ne sont plus, aujourd’hui, en capacité de remplir leurs misions. Les économies budgétaires sont faites sur le personnel. Le recrutement est au point mort depuis 2008. Il n’y a plus de remplacement pour les maladies, les congés maternité et départs en retraite, affirme la syndicaliste. Cette situation conduit les travailleurs sociaux à accepter des dépassements d’horaires, à reporter leurs journées de RTT, voire à achever parfois à domicile la rédaction de rapports. Sans compter le risque pénal encourus par les agents si un danger devait s’avérer, sans avoir pu être repéré en raison du poids de la charge de travail, ajoute la responsable syndicale qui dénonce, par ailleurs, le simulacre de négociations ouvertes le 20 mai avec la direction des services.

Rigueur budgétaire
Evoquant un contexte budgétaire très tendu du fait de la crise économique et de l’explosion des demandes d’aide sociale, les responsables du conseil général admettent avoir été contraints de ne plus procéder aux remplacements systématiques des départs et absences temporaires d’agents au sein des services départementaux.

Dans un courrier adressé au personnel de la collectivité, le président du conseil général, Horace Lanfranchi (UMP), et le directeur général des services, Patrick Heintz, soulignent cependant que 23 remplacements temporaires d’assistants socio-éducatifs ont été effectués dans les équipes des Unités Territoriales Sociales par rapport à un besoin global de 50 postes. Ils ajoutent que 38 postes statutaires de la filière médico-sociale sont actuellement vacants.

En admettant que le redéploiement de personnel ne permet pas de répondre à toutes les situations d’urgence du fait de la spécificité des compétences, Horace Lanfranchi et Patrick Heintz tablent sur une gestion financière rigoureuse pour dégager ponctuellement des moyens supplémentaires.
L’élu et le DGS indiquent, par exemple, que le recrutement de cinq puéricultrices vient d’être validé. L’affectation d’assistants socio-éducatifs pour remplir certaines missions est également envisagée.

Reste que le département du Var ne dispose pas de marges de manœuvre de grande ampleur. Le budget 2010 (805 millions d’euros) ne prévoit qu’une hausse très limitée (+1,5%) de la section « fonctionnement », alors que les dépenses sociales – qui consomment 59% du budget total – ont augmenté cette année de 4,3%.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Collectivités : comment aider les entreprises en cette période de crise

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les agents des services sociaux du Var dénoncent leurs conditions de travail

Votre e-mail ne sera pas publié

Didou

06/06/2010 07h28

On comprend l’embarras d’un Conseil Général UMP qui DOIT recruter s’il veut garantir sa compétence première (le social), juste au moment où Fillon confirme le gel des dotations aux collectivités territoriales pour trois ans.
Pour Mr Lanfranchi, ce sera pas facile d’aller demander des sous à ses potes, même si ces derniers ne se gênent pas pour l’étrangler financièrement.
Au final, les principales victimes sont, comme d’habitude, en bas de l’échelle : les usagers qui ont besoin des services sociaux, et les assistantes sociales++.
En tout cas, cette crise économique pose un sacré problème : elle impose une maîtrise des dépenses publiques, tout en développant la demande auprès des services sociaux…
Dans ce contexte, il est dommage que le Var ait choisi de faire payer sa santé budgétaire aux contribuables les moins bien lotis.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement