Déchets alimentaires

Lutte contre le gaspillage alimentaire : les collectivités en première ligne

| Mis à jour le 24/09/2018
Par • Club : Club Techni.Cités

Patryssia - Fotolia

Faire des économies, aider les plus démunis, éduquer la population à la gestion des déchets… Les enjeux autour du gaspillage alimentaire sont nombreux pour les collectivités locales, alors que la nourriture qui finit à la poubelle doit être divisée par deux d’ici 2025.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Lutte contre le gaspillage alimentaire : une opération gagnante pour les collectivités

Le Parlement européen a fixé, en janvier 2012, l’objectif d’une division par deux, d’ici à 2025, des quantités de denrées consommables qui échouent à la poubelle. Au retour des vacances, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal est donc montée au créneau sur le sujet face à la grande distribution contre le gaspillage alimentaire. Par un amendement à la loi de Transition énergétique, les moyennes et grandes surfaces avaient l’obligation de mettre en place systématiquement une convention entre le magasin et les associations caritatives qui voulaient récupérer des denrées alimentaires peu avant la date limite de consommation (DLC). Cette disposition a néanmoins été retoquée par le Conseil constitutionnel. De plus, la grande distribution n’est responsable directement que de 5 à 10 % du gaspillage alimentaire, contre 15 % pour la restauration et 70% pour les ménages.

Les Français jettent environ 20 kg de nourriture chaque année, dont 7kg de produits encore emballés selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’éngergie (Ademe). Sur l’ensemble de la chaîne alimentaire, ce sont 140 kg de denrées qui sont perdus. Les collectivités doivent ensuite gérer ces déchets, et leur transformation. Des tentatives de mettre en place la méthanisation ou de compostage ont ainsi vu le jour.

Mieux gérer les cantines

Mais les collectivités sont également à l’origine de certains gâchis, notamment par le biais des cantines scolaires. Un repas à la cantine génère en moyenne 150 g de biodéchets dont 100 g de restes, estime l’Ademe. De nombreuses collectivités ont réduit la quantité de denrées perdues en obligeant dans un premier temps les parents à faire savoir à l’avance quand leurs enfants mangent à la cantine. De quoi éviter de préparer trop de plats qui finissent à la poubelle à la fin du service. Mais certaines cantines sont allées plus loin en réduisant des portions ou en chargeant la disposition des lieux : proposer le pain en fin de ligne dans un self évite par exemple que les enfants n’en prennent plus qu’ils ne peuvent en manger.

« Il y a des actions éducatives simples à conduire dans les cantines scolaires, ajoute Guillaume Garot, ancien ministre délégué à l’Agroalimentaire. Le temps du repas est un moment important : on peut éduquer les élèves sur l’alimentation, l’origine des aliments, les sensibiliser au poids des déchets, valoriser le travail des producteurs et ceux qui cuisinent les plats…” Les résultats de telles expériences sont concluants, assure-t-il.

Réduire la nourriture gâchée est nécessaire mais reste insuffisant. Il restera toujours des denrées à la fin des repas. Leur réutilisation est donc un enjeu. C’est en effet une source importante pour les associations caritatives qui redistribuent la nourriture aux plus pauvres. Des partenariats entre des collectivités et ces associations ont été signés pour récupérer des produits encore emballés.

L’aide au plus démunis, via les CCAS

« Les collectivités sont pour nous des partenaires très importants. Les 79 banques alimentaires distribuent près de 15.000 tonnes de denrées via les centres communaux d’action sociale (CCAS). Cela représente 30 millions de repas, soit 15 % des denrées distribuées », explique Jacques Bailet, le président des Banques alimentaires. Ce rôle permet aux collectivités de répondre à un besoin social des plus démunis. Le soutien financier offre aux associations des possibilités nouvelles : à Grenoble, grâce au conseil départemental de l’Isère, il sera bientôt possible de distribuer des plats cuisinés à partir de la viande récoltée dans la grande distribution, évitant ainsi de gâcher les denrées.

Dossier
Commentaires

2  |  réagir

11/09/2016 04h30 - derbjar toufik

la lutte contre le gaspillage c bob mais il ne faut pas qu,il se fasse sur le dos des convives et surtout les gamins

Signaler un abus
23/09/2015 08h11 - PH

La Discosoupe, un nom à connaitre absolument dans le domaine de la lutte contre le gaspillage alimentaire!

http://discosoupe.org/

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • « Territoire engagé transition écologique » : le nouveau programme de l’Ademe pour une stratégie XXL

    L'Ademe a présenté un nouveau programme qui va regrouper ses deux labels phares, qui concernent l'énergie (Cit'ergie) et l'économie circulaire. L'idée est d'accompagner les collectivités dans une démarche de transition écologique de plus en plus globale. ...

  • Index des Fiches pratiques techniques

    Les Fiches pratiques techniques sont destinées aux techniciens et ingénieurs des collectivités. Chaque mois, quatre Fiches font le point sur un sujet important pour les services techniques.Les Fiches pratiques d'août-septembre 2021 Le réemploi des matériaux dans ...

  • Le réemploi des matériaux en bâtiment

    Pour répondre aux enjeux environnementaux, le réemploi des matériaux de construction est l’une des solutions les plus pertinentes. Il permet notamment de détourner de la filière déchets des matériaux dont le volume représente un formidable gisement potentiel ...

  • Concevoir des espaces publics « non genrés »

    La ville demeure trop souvent – encore – un espace « genré » où les déséquilibres entre les usagers, femmes et hommes, enfants, personnes atteintes de handicap ou non, etc., restent importants ; sans doute car « pensé par et pour des hommes ». Or, depuis ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP