logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/38969/plusieurs-associations-d%e2%80%99elus-demandent-a-etre-recus-par-le-premier-ministre/

BANLIEUES
Plusieurs associations d’élus demandent à être reçus par le Premier ministre
Hervé Jouanneau | France | Publié le 21/05/2010

A l’approche d’un discours attendu de François Fillon, l’AMGVF, l’Acuf et Ville et Banlieue rendent public leur "Manifeste pour une réforme de la politique de la ville".

Alors que le Premier ministre doit installer le 25 mai le nouveau Conseil national des villes (CNV) et y prononcer un discours très attendu sur sa stratégie en direction des banlieues, l’Association des maires de grandes villes de France (AMGVF), l’Association des communautés urbaines de France (Acuf), et l’Association des maires ville et banlieue de France (AMVBF) ont rendu public le 20 mai leur « Manifeste pour une réforme de la politique de la ville » [1].

Le document, qui décline les « priorités pour relancer une politique de cohésion sociale et urbaine ambitieuse », avait été adressé fin avril au Premier ministre mais est resté depuis « sans réponse ». Pourtant, soulignent les associations, « des dossiers importants sont en attente d’arbitrage, notamment l’avenir des contrats urbains de cohésion sociale (Cucs), après 2010 et les réformes annoncées de la géographie prioritaire et de la dotation de solidarité urbaine (DSU) », dont l’annonce est reportée de mois en mois depuis l’été 2009.

Lettre à Fillon

Dans « ce contexte d’urgence », précisent les associations, « nous renouvelons donc notre souhait d’être reçus dans les meilleurs délais par le Premier ministre, afin d’engager des discussions approfondies sur ces enjeux ». La veille, la secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville, Fadela Amara, avait dressé à l’Assemblée nationale, lors d’un débat sur la politique de la ville, un bilan positif de son action dans les domaines de l’emploi et de l’éducation.

Déjà, dans un courrier adressé à François Fillon, daté du 30 avril, et révélé par « La Gazette » [2], Fadela Amara avait répondu aux multiples critiques concernant son calendrier de réformes. Elle appelait alors le Premier ministre à « saisir l’opportunité de l’installation du nouveau CNV pour présenter un dispositif d’ensemble ». Soit un dépôt, « avant le 1er octobre », d’un projet de loi sur la géographie prioritaire ou l’engagement « début 2011 » de la négociation des nouveaux Cucs.