logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/389068/climat-le-role-central-des-collectivites-locales/

[OPINION] COP 21
Climat : le rôle central des collectivités locales
Auteur associé | France | Opinions | Publié le 31/08/2015

L’Agenda des solutions est l’un des quatre piliers de la stratégie mondiale de lutte contre le changement climatique et d’adaptation à ses impacts. En complément des objectifs de réduction volontaires des Etats, de la réponse à la question centrale des financements et du très attendu accord interétatique qui doit être signé à l’unanimité à Paris pour la COP 21 (1) [1], l’Agenda des solutions fournit la contribution des acteurs non étatiques.

Soulignons le caractère historique de la démarche : c’est la première fois que, dans le système multilatéral de l’ONU, on reconnaît que les entreprises, les collectivités territoriales et les ONG détiennent une partie essentielle de la solution ! Que l’on affirme leur rôle opérationnel, nécessaire à la mise en œuvre sur le terrain des engagements pris au niveau international.

Faire ensemble, pas « à place de »

En tant qu’animatrices politiques du territoire, les collectivités locales ont un rôle central à jouer dans la mobilisation et la coordination des acteurs locaux, afin d’impulser la transition vers des territoires décarbonés.
Elles l’ont bien compris, en créant des outils avec des engagements chiffrés et des systèmes d’évaluation : Pacte des régions, Convention des maires, plans climat territoriaux… Au-delà d’agir à la réduction de leurs propres impacts, elles innovent dans tous les domaines.

Les acteurs non étatiques investiront le Grand Palais, à Paris, du 4 au 10 décembre, dans le cadre de Solutions COP 21 (2) [2], pour insuffler l’esprit de l’agenda positif : expositions, conférences, démonstrations, projections ouvertes à tous. Le dispositif est déjà en place sur internet pour permettre aux territoires de partager leurs solutions opérationnelles (3) [3].

Mais ne nous y trompons pas : les engagements des acteurs non étatiques ne peuvent en aucun cas se substituer à ceux que doivent prendre les Etats. Il ne s’agit pas de faire « à la place de », mais bien de faire « ensemble ». Un accord juste et ambitieux lors de la COP 21 est nécessaire pour permettre la généralisation des solutions.

POUR ALLER PLUS LOIN