Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[Billet] Santé

Gobez… et circulez !

Publié le 09/05/2017 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social, Actu Santé Social

Mariotte-Olivier
D.R.
D’aucuns diront qu’un système d’évaluation qui aboutit à donner la même note à plus de 95 % des objets qu’il évalue est simplement arrivé au terme de son principe de Peter.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Par Olivier Mariotte, président de Nile

Je veux parler ici de l’évaluation des médicaments qui aboutit immanquablement à une note d’amélioration du service médical rendu de 5 (c’est-à-dire « aucun intérêt thérapeutique ») pour plus de 90 molécules sur 100.

Il est difficilement compréhensible que l’on puisse s’en satisfaire longtemps en l’état, sauf à reconnaître qu’il remplit d’autres fonctions que de donner une note pour hiérarchiser les biens qu’il évalue. C’est peut-être aussi parce que les critères sont mal choisis, ou déterminés par des personnes qui ont un point de vue particulier sur les médicaments : je veux parler des professionnels de santé qui composent la Commission de la transparence, à la Haute Autorité de santé. Vu sous l’angle des décideurs des soins et des parcours, les choses peuvent ainsi se comprendre. Mais si nous donnions la parole à l’utilisateur de ces produits, celui qui devrait en bénéficier, le patient…

Je sais. On me rétorquera que l’on en a glissé un dans ce cénacle de la connaissance. C’est un bon début mais encore symbolique et certainement pas assez pour juger par exemple de la qualité de vie des malades sous traitements. En attendant l’avis des professionnels reste trop souvent « gobez… et circulez ! ».

Références

  • Contact : olivier.mariotte@nile-consulting.eu

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gobez… et circulez !

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement