logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/38475/le-conseil-general-dindre-et-loire-veut-fermer-de-4-a-6-colleges/

EDUCATION
Le conseil général d’Indre-et-Loire veut fermer de 4 à 6 collèges
Jean-Jacques Talpin | Régions | Publié le 11/05/2010

Le conseil général d'Indre-et-Loirelance officiellement le 19 mai 2010 un plan pour adapter le nombre d’établissements à la population des cantons.

Les conseillers généraux d’Indre-et-Loire viennent d’examiner un rapport sur les collèges publics que Claude Roiron, présidente (PS) du conseil général a demandé à Olivier Hussenet, inspecteur de l’Education nationale honoraire.
En proie à une certaine fragilité financière (les taux de la fiscalité ont dû être augmentés ces deux dernières années) le conseil général entend désormais rationaliser ses dépenses consacrées aux 56 collèges publics du département.

Un plan prévisionnel d’investissements de 250 millions d’euros va d’ailleurs être défini pour les 10 prochaines années afin de restructurer son réseau avec plusieurs fermetures mais aussi deux reconstructions. Le lancement officiel de cette politique aura lieu le 19 mai avec la présentation du rapport à l’inspection d’Académie, aux parents d’élèves et aux chefs d’établissements.

Surcapacité importante avec 22.000 collégiens pour 30.500 places disponibles
Le bilan quantitatif montre une surcapacité importante avec 22.000 collégiens pour 30.500 places disponibles. En moins de 20 ans, le département a ainsi perdu près de 1.500 collégiens tandis que 17 établissements comptent moins de 300 inscrits. Le rapport affirme donc qu’il faudrait fermer «environ 6 collèges». «Mais c’est excessif, note Bernard Mariotte, vice-président du CG en charge des collèges, quatre fermetures seraient envisagées, mais rien n’a été décidé».
Claude Roiron a d’ailleurs prévenu que «rien ne serait à la hache ou à la serpe, on reste sur le principe d’un collège par canton».
Un groupe de travail va notamment être créé avec les différents partenaires pour accompagner la restructuration du réseau qui ne manquera pas de soulever des résistances. C’est pourquoi aucune décision de fermeture ne sera prise avant les cantonales de mars 2011.