logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/38238/les-animateurs-de-la-ville-d%e2%80%99amiens-poursuivent-leur-mouvement-de-greve/

SOCIAL
Les animateurs de la ville d’Amiens poursuivent leur mouvement de grève
Guillaume Roussange | Actu Emploi | Régions | Publié le 07/05/2010

Les négociations entre la municipalité et les animateurs de la ville d’Amiens, en grève depuis lundi 3 mai, ont échoué. Les agents réclament la création de 35 postes, la mairie en propose 11.

Les animateurs de la ville d’Amiens ont voté, jeudi 6 mai, la reconduite du mouvement de grève entamé en début de semaine. Un tiers environ des 300 professionnels de l’animation ont répondu lundi 3 mai à l’appel de la CGT, qui entend dénoncer les « dysfonctionnement du service ». En particulier, la faiblesse du taux d’encadrement et le non-remplacement des personnels en cas d’absence.

Le syndicat, qui avait obtenu en 2008, la titularisation d’une vingtaine d’agents, réclame l’embauche de 35 vacataires-permanents supplémentaires, des revalorisations salariales, ainsi qu’une simplification des procédures d’inscription dans les centres de loisirs : Les animateurs perçoivent 65 euros brut pour 11 heures de travail, ce qui n’est pas acceptable. De plus, il est nécessaire de titulariser les vacataires permanents, afin d’améliorer le taux d’encadrement qui est actuellement d’un adulte pour vingt-huit enfants en primaire, affirme Lynda Idriss , directrice de centre et déléguée CGT.

Après deux premières réunions infructueuses, le maire d’Amiens, Gilles Demailly (PS), a reçu une délégation de grévistes mercredi 5 mai, pendant plus de trois heures. Lors de ces négociations, la municipalité a réaffirmé sa volonté de « déprécariser » le service d’animation. La création de 11 postes d’animateurs a été annoncée, permettant d’améliorer la situation d’autres animateurs, travaillant à temps non complet et non choisi.

Concernant le temps du midi, le Maire d’Amiens propose que les vacataires contractualisent désormais un engagement à l’année avec la ville d’Amiens (contrat de 280 heures) et qu’ils bénéficient d’un temps de formation. Ceci afin de permettre une stabilisation des effectifs et un meilleur service. Ces propositions ont été jugées insuffisantes par 90% des grévistes qui ont voté la poursuite du mouvement.