logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/380112/100-a-150-suppressions-de-postes-a-lyon-pour-faire-face-a-la-baisse-des-dotations/

FONCTION PUBLIQUE
100 à 150 suppressions de postes à Lyon pour faire face à la baisse des dotations
Françoise Sigot | Actu Emploi | Actualité Club finances | Régions | Toute l'actu RH | Publié le 20/07/2015 | Mis à jour le 22/07/2015

D’ici la fin du mandat, une centaine de postes seront supprimés à la ville de Lyon, tandis que la progression de la masse salariale sera contenue à 2 % par an au lieu de 2,3 %.

Baisse des dotations oblige, la ville de Lyon a annoncé un « plan marges de manœuvre » permettant de réaliser 40 millions d’euros d’économie d’ici la fin du mandat. Trois groupes de travail ont donc planché plusieurs semaines sur des pistes d’économies, de rationalisation et de rentrées supplémentaires. Verdict ? 172 mesures permettant de réduire les coûts, parmi lesquelles une diminution du nombre d’agents en poste à la ville. « Pour la première fois, nous allons réduire le nombre de postes durant la mandature : entre 100 et 150 postes seront supprimés, sur un effectif actuel global de 7 300 personnes », précise Gérard Claisse, adjoint au maire en charge des ressources humaines et du dialogue social.

Fermetures et réorganisations

Pour y parvenir, l’exécutif lyonnais mise d’abord sur la réorganisation des services. « Nous allons procéder à des fermetures de certains établissements, à l’image d’une antenne de la mairie du 5ème arrondissement, ou d’une salle municipale, mais aussi d’établissements pour personnes âgées et d’une ou deux crèches, mais nous en ouvrirons d’autres ailleurs », dévoile Gérard Claisse. De quoi supprimer une cinquantaine de postes.

Dans le même temps, certaines fonctions, comme le gardiennage d’écoles et d’équipements sportifs qui y sont adossés, et aussi la direction de trois musées, vont être mutualisées. L’entretien du stade de Gerland qui sera déserté par le club de l’Olympique Lyonnais d’ici la fin de l’année va être allégé. Les antennes sociales des maisons du Rhône et des centres communaux d’action sociale vont être regroupées, comme les maisons de l’emploi et les missions locales. Enfin, la modernisation des services, qui se traduit entre autres par la dématérialisation de la fonction comptable ou l’automatisation des prêts dans les bibliothèques, devrait permettre de toucher au but sur le nombre d’emplois à supprimer.

La masse salariale réduite de 0,3 % sur le mandat

L’ensemble de ces mesures ont pour objectif de passer d’une évolution de la masse salariale (qui représente 57 % du budget de la ville) de 2,3 % sur le précédent mandat à 2 % à horizon de 2020. « C’est assez protecteur pour nos agents », estime Gérard Claisse.

Pour accompagner ces mutations, la ville travaille sur la mise en place d’un vaste plan d’accompagnement passant par de la formation. « Puisque nous serons de plus en plus limités sur les hausses de salaires, nous allons beaucoup travailler sur les conditions de travail et le bien-être au travail », promet l’adjoint en charge des ressources humaines et du dialogue social.

Bilans de compétences

Pour l’heure, la ville de Lyon peaufine ce plan qui devrait dans un premier temps se traduire par une proposition de bilan de compétences à chaque agent visé par une suppression de poste, afin d’envisager son repositionnement sur un autre emploi. L’idée est de privilégier le dialogue et de planifier ces mesures de façon à ce qu’elles montent progressivement en puissance sur les trois prochaines années.