Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Décentralisation

Chers territoires, saisissons-nous de la réforme territoriale

Publié le 21/07/2015 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Patrick Reix

Patrick Reix

Haut fonctionnaire territorial, professeur des universités associé, IMPGT d’Aix-Marseille université

La France nourrit vis-à-vis de ses territoires une véritable passion. Après les trente glorieuses de la décentralisation, voici venu le temps de la consolidation d’un ouvrage que d’aucuns jugent encore instable. Le triptyque « Maptam » / fusion des régions / « Notre », peut-il y contribuer durablement ? C’est bien la question posée alors que s’achève au Parlement l’examen du dernier étage de l’édifice.

Empruntant des chemins parfois tortueux, tant les obstacles étaient nombreux, parfois périlleux au risque de faire demi-tour, la réforme territoriale est-elle parvenue à bon port ? La mobilisation des élites politiques et administratives a-t-elle atteint l’objectif de la réforme : adapter nos territoires à la situation économique et sociale, anticiper les évolutions qui, du développement numérique à la transition énergétique, exigent d’autres formats pour agir localement ?

La nouvelle forme des territoires

Certains esprits chagrins répondront « non » et continueront à entretenir le débat éternel du modèle parfait que personne ne sait définir. Gardons-nous d’une telle attitude : « l’éternité c’est long, surtout vers la fin » et les Français sont las de cette attente. Surtout, le modèle désormais stabilisé – élargissement régional, promotion des métropoles, maintien des départements, respect du socle communal – présente un ensemble de cohérences qui, à défaut de toucher un idéal, satisfait l’essentiel de l’objectif évoqué.

La détermination, la patience, mais aussi l’écoute du gouvernement et du Parlement vont finalement porter leurs fruits… et plus, si affinités. Cependant la boîte à outils ne fait pas automatiquement le bon ouvrier, ni le bel ouvrage. Le temps des débats, des tribunes et des billets d’humeur va passer pour tous les responsables publics ; celui de la démonstration à nos concitoyens que tout ceci n’aura pas été inutile est venu.

La balle passe dans le camp des élus locaux, des fonctionnaires territoriaux mais aussi de l’Etat déconcentré qui repense opportunément son modèle ; il leur appartiendra, dès lors, de faire de la réforme territoriale la nouvelle forme de nos chers territoires : créatifs, dynamiques, efficients et solidaires. C’est à vrai dire la seule chose qui intéresse nos concitoyens dans cette affaire ! Ne tardons plus trop à les satisfaire.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Chers territoires, saisissons-nous de la réforme territoriale

Votre e-mail ne sera pas publié

FD (presque haut fonctionnaire territorial)

22/07/2015 10h21

Monsieur Reix, tous ces mots pour dire uniquement « allons de l’avant » ? Vous prônez l’efficacité, vous auriez pu être plus direct et sans doute moins maladroit. En effet, quelle meilleure façon de limiter un débat en disant dès le départ que ceux qui ne pensent pas comme vous sont des idéalistes qui n’arriveront jamais à avancer ?
Loin de moi l’idée de ne pas changer, de ne pas modifier les façons de travailler, d’appréhender les dossiers et les sujets de plus en plus complexes, ou de remettre en cause des certitudes. Mais d’où tenez vous que l’objectif de la réforme était d’adapter les territoires à la situation socio-économique et d’anticiper les changements ? Le mille-feuille territorial était certes indigeste parce que non compris par la plupart de nos concitoyens, car finalement ça arrangeait beaucoup de monde qu’il reste obscur pour ne pas trop y porter de débat citoyen. Mais au final, ce mille-feuille sera-t-il plus digeste après la réforme ? Pas sûr…
Nos concitoyens attendent certes des résultats de l’action publique, mais comme les fonctionnaires, ils ont sans aucun doute soupé du changement pour le changement, qui se décrète en sautant sur sa chaise comme un cabri, sans aucun véritable projet ni vision à plus long terme. Nous ne sommes plus dans le slogan du « changement c’est maintenant », mais dans le dogme du « changement c’est tout le temps ».
Si cette réforme était vraiment nécessaire, on aurait pu faire appel à l’intelligence des territoires, à la capacité de persuasion des chantres visionnaires, et au courage politique. On aurait pu aussi soutenir les initiatives volontaires ou contraintes, menées depuis déjà quelques années en matière de renforcement de la coopération intercommunale et de mutualisation des services. Mais encore une fois, on a décrété à Paris que les territoires devaient changer, en continuant à ne pas faire confiance à ces « grands enfants irresponsables » que sont les collectivités territoriales et leurs élus locaux. Quant à ceux qui avaient commencé à s’adapter au monde changeant, à lancer de véritables mesures d’optimisation du service public, ils sont stoppés net dans leur élan et doivent tout reconstruire. Nos concitoyens en seront-ils satisfaits ? Pas sûr…

un fonctionnaire qui a suivi la réforme

22/07/2015 06h28

L’intérêt de cette longue discussion aura été de rappeler le rôle irremplaçable mais mal connu des collectivités territoriales et notamment de redécouvrir la vocation de chaque échelon dans la mise en oeuvre des politiques publiques locales. Cela aura aussi permis de se rendre compte, à ce moment de l’histoire de notre décentralisation, de la richesse mais aussi de la complexité de notre droit public local. Enfin, il est essentiel à la fois de mieux reconnaitre le rôle joué par les élus locaux et l’implication constante de la fonction publique territoriale.
Cette réforme est différente de toutes les autres car on a le sentiment que bientôt une nouvelle France des territoires va apparaître au risque de bousculer notre modèle actuel d’Etat unitaire.
La satisfaction de l’intérêt général devra être au coeur des préoccupations de ceux et de celles en charge d’appliquer la loi NOTRe .

CNT STT 59

22/07/2015 11h29

Il est vrai que la technocratie tend à (ambitionne de) supplanter la démocratie libérale or la technocratie met en oeuvre des politiques qui ne répondent à aucun problème.

Il existe également des « experts » qui retournent sens dessus-dessous des boîtes à outils, qui au final, étaient bien organisées. Heureux quand ils ne sabotent pas définitivement les outils.

François Saint Pierre

27/07/2015 12h13

Un optimisme forcé qui ne peut qu’agacer ceux qui se sont intéressés à l’organisation territoriale. Ce sont les éléments de langage du ministère pour essayer de sauver la face devant le bilan fort médiocre de ces nouvelles lois, qui au final n’ont fait que rendre indigeste le mille-feuille.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement