Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[Tribune] Violences

Violence éducative : en prendre conscience c’est déjà la faire baisser – Maud Alejandro, membre du Haut Conseil à l’enfance et de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire

Publié le 06/04/2017 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social

Maud-Alejandro-Haut conseil à l'enfance-Oveo-UNE
D.R.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La violence éducative ordinaire (VEO) se définit comme « toute humiliation ou tout usage de la force visant à infliger un certain degré de douleur ou de désagrément, aussi léger soit-il, dans le but de modifier ou d’arrêter un comportement estimé incorrect ou indésirable de l’enfant ». Elle inclut la violence verbale et psychologique (crier, injurier, se moquer, humilier, mentir, menacer, culpabiliser, rejeter, chantage affectif) et la violence physique (gifler, fesser, pincer, tirer les oreilles, secouer, saisir brutalement, bousculer, l’obliger ou l’empêcher de manger, de dormir ou d’être propre, ne pas respecter sa pudeur).

En France, les chiffres sont alarmants : 85 % des enfants subissent la VEO, plus de la moitié sont frappés avant l’âge de 2 ans et les trois quarts avant l’âge de 5 ans. Or, c’est pendant cette période que le cerveau de l’enfant se construit. D’ailleurs, depuis quinze ans, les recherches scientifiques ont prouvé que les VEO sont inefficaces : elles engendrent plus d’agressivité chez l’enfant et ont des conséquences néfastes sur sa santé physique et mentale : baisse de l’estime de soi, addictions, troubles alimentaires, dépression, eczéma. Sur un plan éducatif, la VEO enseigne qu’il est légitime de s’en prendre à plus faible que soi et d’utiliser la violence pour résoudre les conflits.

Comment définir le seuil à partir duquel on va se décider à en parler à un collègue, un parent ? La règle est simple : aucune violence n’est acceptable, mais toujours évitable. Il n’est pas question de juger : en prendre conscience, en parler et rechercher des solutions alternatives, c’est déjà la faire baisser !

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Violence éducative : en prendre conscience c’est déjà la faire baisser – Maud Alejandro, membre du Haut Conseil à l’enfance et de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement