Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

I comme inclusion

Publié le 05/04/2017 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

L’inclusion serait-elle le simple antonyme de l’exclusion qui désigne la pauvreté monétaire et l’inégalité d’accès de certaines personnes ou de certains groupes, à certains services ou certains droits ?

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Un mot pour éviter l’approche réductrice de la lutte contre l’exclusion, ou celle qui stigmatise l’aide aux exclus ? Un positivisme pour évoquer l’accompagnement spécialisé des personnes en difficulté sociale ?

En tout cas, ni synonyme d’intégration économique, ni synonyme d’insertion professionnelle, deux termes qui intiment de prendre une place. Pour Nicolas Lebrun, l’inclusion sociale dit plus parce qu’elle « consiste aussi en une participation sociale, culturelle et civique à la société ».

Selon Niklas Luhmann, l’inclusion sociale caractérise d’ailleurs « les rapports entre les individus et les systèmes sociaux ». Ce qui suppose l’accès aux infrastructures et aux services sociaux, culturels et économiques, et « l’affirmation des droits de toute personne à accéder aux diverses institutions communes, quelles que soient leurs éventuelles particularités », résume Michel Chauvière.

Ces droits économiques, sociaux, culturels, politiques et civils, que recèle l’inclusion, obligent à une rupture dans les pratiques de l’action sociale. S’il y a inclusion, il y a pouvoir d’agir, jusqu’au refus ou la contestation. Il y a acceptation des différences.

L’inclusion sociale « reflète l’avènement d’une conception systémique des rapports sociaux qui bouleverse les représentations dominantes de ce qui fait la société, des schèmes d’appartenance qui fondent la citoyenneté », pointe Serge Ebersold. Elle soulève des questions d’ordre moral, politique, éthique.

C’est pourquoi l’inclusion sociale réinterroge la nécessité de la refondation du travail social, avec une personne capable de choisir, d’élaborer et de mettre en œuvre son projet et de participer à un projet de société. En prenant garde à l’étymologie. En latin, inclusio signifie « emprisonnement ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

I comme inclusion

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement