Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

AMF et ADF : union sacrée des « collectivités de proximité »

Publié le 03/07/2015 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Les présidents de l’Association des maires de France et de l’Assemblée des départements de France sont sur la même longueur d’onde. Dans un communiqué publié le 2 juillet, François Baroin (LR) et Dominique Bussereau (LR) dénoncent « l’asphyxie programmée des collectivités de proximité ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Représentants de l’aile modérée des Républicains, sans pour autant être hostiles à Nicolas Sarkozy, François Baroin et Dominique Bussereau se connaissent bien. Tous deux entrés en 1993 à l’Assemblée nationale, ils ont siégé ensemble au sein du gouvernement « Fillon ». Les circonstances veulent, aussi, qu’à quelques mois d’écart, les deux parlementaires aient été portés à la tête de deux grands rassemblements d’élus locaux : l’Association des maires de France et l’Assemblée des départements de France.

Symboles d’une opposition qui, avec ses succès électoraux de 2014 et 2015, reprend la main sur les territoires, François Baroin et Dominique Bussereau ne ménagent guère le gouvernement. Leur rencontre du 1er juillet, a été, pour eux, l’occasion de dire tout le mal que leur inspirent les desseins financiers et territoriaux de l’exécutif.

Des causes communes

Dans un communiqué, publié au lendemain de leur entrevue, ils s’en prennent à la baisse « unilatérale » et « insoutenable » de 30 % des dotations aux collectivités. Une décision lourde de conséquences à leurs yeux. Les leaders de l’AMF et de l’ADF parlent de « la suppression de dizaines de milliers d’emplois dans les territoires » et de départements qui « ne pourront plus financer les prestations sociales transférées ». Afin de conjurer le risque « d’asphyxie », François Baroin et Dominique Bussereau réclament une « véritable négociation » avec le pouvoir.

Dans une veine que n’auraient pas reniée les présidents d’associations d’élus PS sous le mandat de Nicolas Sarkozy, les deux leaders s’en prennent également aux « changements permanents de cap » en matière d’organisation territoriale.
Dans le viseur des représentants des « collectivités de proximité » : le seuil « artificiel » de 20 000 habitants pour les intercommunalités et l’élection au suffrage universel sans fléchage de ces mêmes groupements. François Baroin et Dominique Bussereau s’attaquent, enfin, aux « volumineux » schémas régionaux.

Statu quo

Une unité de vue qui ne doit rien aux hasards. Face à un gouvernement plutôt acquis aux vertus du couple intercommunalité-région, des maires et présidents de département de droite sont entrés en résistance. Et ils entendent fermer la porte à toute nouvelle réforme territoriale d’envergure, y compris si leur candidat l’emportait en 2017.

Déjà, dans un entretien en février à La Gazette, François Baroin s’en est pris au « grand chamboule-tout territorial » qui « participe à la perte d’identité ».

Dominique Bussereau n’a pas tenu un autre discours, lors d’un point-presse le 24 juin. Révision du mode de scrutin des conseillers départementaux, retour du conseiller territorial, France à 50 départements… : il a écarté toutes ces pistes d’un revers de main. Autant de prises de position qui font directement écho aux propos du président du Sénat, Gérard Larcher (LR), rapporté dans Le Point (daté du 18 juin) : « Si nous revenons au pouvoir, on ne touche à rien. Les réformes territoriales, ça suffit ! »

Lire aussi : Présidence de l’ADF : Dominique Bussereau sur la voie royale

Cet article est en relation avec le dossier

Contenu Premium

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

AMF et ADF : union sacrée des « collectivités de proximité »

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

04/07/2015 07h48

Sir ce sujet comme sur d’autres, il semble qu’une grande majorité de Français sont opposés à ces évolutions de la société, décidées par un gouvernement en disgrâce.
Il est quand même désolant que ce gouvernement ne représente que lui-même et pas les Français…
En démocratie, le peuple choisit ses représentants, pour le représenter…. Et ceci, tout au long du mandat accordé, sous conditions il me semble…
Quand ce n’est plus le cas, c’est que le système politique a changé et qu’au lieu d’être en démocratie, nous sommes dans quelque chose d’autres qui prend l’apparence d’une dictature.
L’Europe n’y est pas pour rien qui impose, à travers un gouvernement de « traîtres », (ils ont trahi les promesses qui leur ont permis de se faire élire…), une politique que nous n’avons pas choisie….

polnord

04/07/2015 04h11

Voici revenu le club des ultra-conservateurs (communes + départements qui dominent le Sénat et restent très influents à l’Assemblée) qui, comme depuis des décennies, refuse toute réforme administrative, toute clarification des compétences entre collectivités et toute suppression d’échelon du « mille-feuille », alors que la plupart des autres pays européens ont réduit leurs gaspillages et amélioré leur gouvernance en regroupant des communes, en renforçant les agglomérations et les régions, voire parfois en supprimant une catégorie de collectivité. Tous ces élus archaïques, inconscients des réalités et irresponsables se comportent comme les aristocrates et les évêques avant la Révolution !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement