Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Rémunérations

Suresnes se dote d’un régime indemnitaire au mérite

Publié le 03/07/2015 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : Actu Emploi, Régions, Toute l'actu RH

Suresnes (Hauts-de-Seine) vient de se doter d'un régime indemnitaire novateur. Le mérite et l’investissement des agents se trouvent récompensés, tandis que ceux dont le travail est évalué comme allant de "à améliorer" à "très insuffisant" se verront financièrement pénalisés.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Supprimée par le décret n°2014-1526 du 16 décembre 2014, la notation est désormais remplacée par un entretien professionnel, assorti à Suresnes (1 300 agents, Hauts-de-Seine, 46 870 hab.) d’un tout nouveau régime indemnitaire. « Signé le 28 mai, cet accord est le fruit de cinq mois de négociation avec les trois organisations syndicales de la ville (CGT, CFDT, FO). Le régime indemnitaire précédent était devenu opaque, avec une forme d’iniquité puisqu’il était fonction de l’ancienneté pour les cadres et de la notation pour les non-cadres. En fin de carrière, tout le monde se retrouvait plus ou moins à 19,5, quel que soit son degré d’investissement », note Christine Dubuis, conseillère en organisation et conduite du changement dans la commune.

+ ou – 10 à 35 %

La remise à plat a débouché sur un système inédit dans la territoriale. Prenant pour base le régime indemnitaire actuel de chacun, celui-ci peut être chaque année augmenté de 10, 15 voire 25 % pour les agents de catégorie C évalués respectivement comme très bons, excellents ou exceptionnels. Mais il peut aussi être réduit dans les mêmes proportions pour ceux dont le travail est à améliorer, insuffisant ou très insuffisant. Même évolution pour les catégories B, dont le régime indemnitaire peut varier à la hausse comme à la baisse de 10, 20 ou 30 %, ainsi que pour les cadres A (15, 25 et 35 %).

Pour ce faire, une grille d’évaluation très précise – qui sera mise en œuvre dès les entretiens professionnels de fin d’année – a été élaborée. « Elle reprend les attentes de la collectivité en termes d’atteinte des objectifs, de compétences professionnelles et techniques, de positionnement dans la fonction. C’est une grille unique mais que chaque service ou filière peut adapter à ses spécificités », commente Christine Dubuis.

Système actuel assez démotivant

Selon elle, les premiers retours des agents seraient plutôt positifs. Un constat que partage Enrique Monje, représentant de la CGT, le syndicat majoritaire : « Dans le système actuel, il était assez démotivant que deux agents d’un même service ne fournissant pas la même qualité de travail touche le même régime indemnitaire ».

Le syndicaliste reconnaît cependant que cette initiative est pour l’instant regardée d’un peu loin par la fédération nationale de la CGT, à laquelle il entend cependant en présenter les avantages dès la rentrée, ainsi qu’à la ministre Marylise Lebranchu le 15 juillet.

Courage managérial

« Nous avons fait une enquête dans des organisations qui appliquent ce type de grille : une majorité de personnes fait correctement son travail, un ou deux sortent du lot, quelques-uns sont dans la catégorie à améliorer ou insuffisant. Au sein d’un même service, les choses devraient donc s’équilibrer. » A condition que les managers évaluent à sa juste valeur chaque agent et n’achètent pas la paix sociale en mettant tout le monde dans la catégorie « bon », ce qui pourrait être une tentation dans les petits services où la proximité avec les agents est forte. Le courage managérial… c’est ce qui fera sans doute que ce régime indemnitaire novateur aura un réel impact, ou pas.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Suresnes se dote d’un régime indemnitaire au mérite

Votre e-mail ne sera pas publié

ELEONORE

06/07/2015 10h22

La baisse des moyens des collectivités et donc de l’activité entraine une nécessaire remise en question des politiques et une mesure de leur impact et de la qualité de leur mise en oeuvre.
Des agents investit dans leurs missions et à l’écoute de la population contribuent fortement au succès des politiques publiques – il me semble normal qu’ils puissent en retirer les fruits.

Françoise

06/07/2015 08h42

On peut aussi appeler ça : « à la tête du client »…

Jamotte Gisèle - CNT STT59

09/07/2015 03h34

On ne félicite pas la CGT, ça leur a lavé la tête les quelques heures passées à Sciences Po. D’accord avec Françoise, la prime au mérite, c’est la prime à la tête du client. 25% en moins sur une prime de catégorie C, c’est honteux !

LME

12/11/2015 10h20

Les systèmes de primes individuels au mérite ignorent les recherches sur la motivation des dernières décennies.
L’évaluation du mérite individuel est difficilement mesurable de façon objective et surtout de façon homogène entre tous les services. Elle peut néanmoins avoir un sens localement, au sein d’une équipe, où ce n’est pas sa valeur absolue mais son évolution dans le temps qui peut servir de base au dialogue de l’agent en face à face avec le manager ou mieux en équipe avec le manager.
Il est malheureusement à prévoir que la mise en place généralisée de cette prime variable individuelle engendrera globalement des discussions et des frustrations. Relevant d’une motivation exclusivement extrinsèque (carotte ou bâton), elle aura un impact négatif durable sur la motivation intrinsèque des agents et donc aussi sur le climat au sein des services de la mairie de Suresnes.
Les décideurs de la fonction publique devraient savoir que certaines pratiques managériales instituées à grande échelle dans les entreprises privées ne sont ni enviables, ni efficaces.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement