Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Participation citoyenne

« Attention à ne pas institutionnaliser les conseils citoyens » avertit Bernard Bensoussan

Publié le 30/06/2015 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

Bernard Bensoussan, consultant et dirigeant du cabinet Voix publiques, estime que l’appropriation des dispositifs de participation citoyenne issus de la loi « Lamy » demandera du temps.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Pensez-vous que les dispositifs prévus par la loi « Lamy » puissent apporter une réponse au déficit de participation des habitants dans la politique de la ville ?

Il ne faut pas déconnecter ce qui se passe dans les quartiers « politique de la ville » de ce qui se passe ailleurs : le déficit démocratique est présent partout. Que la loi prenne acte de cette difficulté à associer les populations aux politiques les concernant et fixe de nouvelles obligations est positif.

Mais elle contient une injonction paradoxale : c’est au maire et au préfet que l’on demande de monter un dispositif autonome. Il faudra donc un passage de flambeau entre les institutions et les habitants. Se fixer l’échéance du contrat de ville semble raisonnable pour parvenir à une autonomie productive et assumée.

Quels sont les principaux freins à cette association des habitants à la construction des politiques ?

Tous les acteurs freinent pour des raisons différentes : les agents de l’Etat car cela n’est pas dans leur culture et qu’ils sont éloignés du terrain ; les élus locaux parce qu’ils estiment avoir une plus grande légitimité que des personnes seulement volontaires ou tirées au sort – ce qui n’est pas faux. Même dans les associations, peuvent exister des réticences à céder une part à de simples citoyens.

La méthode du tirage au sort pour la composition du conseil citoyen, notamment, ne convainc pas spontanément et doit être bien expliquée. Il faudra que chacun apprenne à reconnaître les habitants nouveaux venus comme légitimes dans ces conseils.

Au-delà, la plupart des acteurs manquent aussi de savoir-faire. La formation va être essentielle et la mise en place de séminaires de coformation réunissant, en début de processus, fonctionnaires d’Etat et territoriaux, élus, représentants d’associations et citoyens me paraît un enjeu décisif. Il faut investir collectivement dans la formation.

La rénovation urbaine n’a-t-elle pas été un laboratoire des différentes formes de participation ?

Certainement, mais il faut aller plus loin et rendre systématique la concertation sous toutes ses formes et sur tous les sujets. Les habitants doivent être pleinement partie prenante de la transformation des quartiers, et plus encore là où l’on veut expérimenter un urbanisme et une gestion urbaine plus durable, d’autres sources d’énergie, d’autres types de mobilité…

A quelles conditions ces dispositifs fonctionneront-ils ?

La présence des élus est un élément clé : même s’ils ne sont pas là en permanence, il leur faut accompagner la démarche, lui donner du sens. Les conseils citoyens ne peuvent pas être la seule brique, ils doivent fonctionner en lien avec les autres espaces de démocratie (conseils de quartier, conseil de développement de l’agglo…).

Toutefois, trop les institutionnaliser pourrait dégoûter les habitants par excès de formalisme. Pour démontrer son intérêt, le conseil citoyen devra produire rapidement des choses concrètes et s’emparer de problèmes quotidiens, comme l’éducation des enfants, le sport ou la santé. Enfin, il sera indispensable qu’il communique avec le quartier, trouve des moyens d’associer plus largement les habitants.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Attention à ne pas institutionnaliser les conseils citoyens » avertit Bernard Bensoussan

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement