Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Evreux : le festival de la discorde

Publié le 29/06/2015 • Par Manuel Sanson • dans : Régions

Le Rock dans tous ses états serait menacé de disparition selon certains professionnels du secteur. La municipalité dénonce “une manipulation” et affirme maintenir son soutien à l’évènement.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Quel avenir pour le festival le Rock dans tous ses états ? La question est sur toutes les lèvres à l’heure où l’édition 2015 vient de s’achever. « L’incertitude subie par l’association l’Abordage, le manque de perspective, les décisions politiques tardives ont eu des incidences négatives sur l’édition 2015 », résume dans un communiqué en date du 17 juin dernier le réseau des musiques actuelles de Haute-Normandie (RMAHN). Selon lui, cette édition 2015 risque « d’être la dernière ».

C’est la situation financière de l’Abordage, association porteuse du projet, qui cristallise la majorité des inquiétudes et des critiques à l’adresse de Guy Lefrand, maire LR d’Évreux. La subvention municipale, établie à 75 000 euros par an, a été ramenée à seulement 10 000 euros en 2015. « L’association a connu une saison blanche pendant le chantier de salle des musiques actuelles (SMAC) », justifie aujourd’hui Jean-Pierre Pavon, adjoint au maire à la culture. « L’association a été mal gérée », estime-t-on dans l’entourage du maire.

32 000 euros en septembre

Il n’empêche : si rien n’est fait, celle-ci devra licencier plusieurs de ses salariés en septembre prochain. Pour l’éviter, l’Abordage a sollicité la mairie afin d’obtenir un complément de 52 000 euros, à même de lui permettre de se maintenir à l’équilibre. Pour le moment, la ville n’a consenti qu’à un effort de 20 000 euros. Cette rallonge devrait être votée en conseil municipal ce lundi soir.

Face au tollé, la municipalité semble devoir revenir sur sa position. Interrogé par La Gazette des communes, Jean-Pierre Pavon, adjoint au maire à la culture, laisse entendre qu’un complément de 32 000 euros devrait être accordé en septembre prochain.

Un revirement face aux critiques ? « Au moment de fixer le montant de 20 000 euros, nous n’avions pas tous les éléments comptables », se défend l’élu. Selon lui, le festival n’est en aucune manière menacé. « La subvention municipale sera reconduite pour l’édition 2016 », annonce-t-il. En 2015, la ville a accordé 290 000 euros pour l’organisation de l’évènement. Observant la polémique, l’élu dénonce « une manipulation politique » en pleine campagne pour la prochaine élection régionale.

Conseil municipal extraordinaire ?

L’opposition socialiste au conseil municipal s’est en effet engouffrée dans la brèche pour dénoncer « l’hostilité du maire au monde de la culture ». Dans une lettre ouverte adressée au maire, Timour Veyri, son chef de file, appelle à un « grand débat » sur la politique culturelle de la ville dans le cadre d’un conseil municipal extraordinaire. L’élu a sollicité la présence de Pierre Cohen, ancien maire socialiste de Toulouse, chargé récemment par Fleur Pellerin d’une mission sur les festivals en difficultés. Le maire devrait s’exprimer sur le sujet ce soir.

Le débat autour du Rock dans tous ses états intervient dans un contexte de baisse des dotations de l’État à la ville (1,2 million d’euros en 2015) et, par ricochet, des subventions aux associations. Depuis plusieurs mois, les relations entre le monde culturel local et la municipalité dirigée par Guy Lefrand sont tendues. En janvier dernier, la décision de la ville de réduire son soutien à la scène nationale Évreux Louviers avait également suscité bien des remous.

 

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Evreux : le festival de la discorde

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement