Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Addictions

Le CESE fait ses propositions pour combattre les addictions

Publié le 24/06/2015 • Par avec l'AFP Hervé Jouanneau • dans : Actu prévention sécurité

Dans un projet d'avis sur les addictions publié le 24 juin, le Conseil économique, social et environnemental promeut une politique d'information, de prévention et d'accompagnement du public pour faire face aux addictions.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Selon des chiffres publiés en 2014 par l’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie (OFDT), l’usage problématique des écrans toucherait entre 1 et 2% de la population générale et 5% des adolescents, tandis qu’un élève sur huit ferait un usage excessif des jeux vidéos, soit trois élèves par classe en moyenne.

Le 2ème motif de consultation après le cannabis – Le CESE a décidé d’inclure l’usage excessif de ces produits – qui ne sont pas addictifs par eux-mêmes – dans son rapport, soulignant que les mécanismes en cause (recherche d’un plaisir immédiat ou d’une compensation) tout comme les risques (isolement, désocialisation) sont « très proches » de ceux existant dans les addictions.

« Les jeux les plus nocifs sont les jeux répétitifs, (…) ceux qui créent une réalité virtuelle et reposent sur un fonctionnement en réseau » souligne le CESE, ajoutant que le caractère addictogène peut également dépendre de la « fragilité » du joueur.

Le produit le plus addictif reste le tabac (32% des consommateurs en sont dépendants), suivi de l’héroïne (23%), de la cocaïne (17%) et de l’alcool (15%).

Mais le CESE note que les jeux vidéo sont aussi le 2e motif de consultation médicale après le cannabis, à égalité avec l’alcool et le tabac, ce qui justifie, à ses yeux, une évaluation des jeux les plus addictogènes par un comité d’experts indépendants ainsi que la mise en place par les pouvoirs publics d’une signalétique obligatoire.

Tabac, cannabis – Pour lutter contre le tabagisme – qui fait plus de 70.000 morts en France chaque année – et l’alcool (50.000 morts), le Conseil préconise de renforcer le contrôle des stratégies marketing développées par les fabricants et des actions de lobbying au Parlement, par le biais notamment d’un renforcement du rôle du registre public des représentants des groupes d’intérêts.

Sur la question du cannabis – expérimenté en France par un tiers des adultes – , il note qu' »en dépit d’une politique répressive », la part des personnes ayant consommé du cannabis dans l’année est estimée à 8,4% chez les 15-64 ans, « soit le taux le plus élevé d’Europe ».

Il suggère en conséquence l’ouverture d’un débat public sur « l’échelle des sanctions » prévues pour la consommation de cannabis et « d’explorer » toutes les propositions sur la table, y compris la dépénalisation du produit.

Progression des jeux d’argent – Autre phénomène nouveau, les jeux d’argent et de hasard sur internet ont connu une progression spectaculaire depuis 2010, date de leur ouverture légale en ligne : grâce à une offre pléthorique (800 sociétés hébergées dans 70 pays), ces jeux touchent désormais 4,1% de la population française, soit environ 2 millions de personnes.

Certains d’entre eux comme le poker ou les machines à sous sont plus addictifs que le loto, note le CESE qui souligne qu’au total, un million de joueurs présentent un risque modéré et 200.000 sont des joueurs « excessifs ».

Parmi les recommandations destinées à lutter contre les addictions en général, le CESE insiste sur une plus grande implication des établissements scolaires et des entreprises ainsi que sur un financement plus pérenne des associations qui accompagnent les consommateurs et leurs familles.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le CESE fait ses propositions pour combattre les addictions

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement