Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Protection sociale complémentaire

Intériale se renforce sur le marché des collectivités

Publié le 23/06/2015 • Par Claire Chevrier • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Le groupe mutualiste Intériale s'exprime rarement. Après son assemblée générale des 18 et 19 juin 2015, Pascal Beaubat, son président et Nicolas Sarkadi, son DG, dévoilent leurs projets de développement auprès des collectivités territoriales. Ils font également le point sur leur opération de sauvetage de La mutuelle des étudiants (LMDE) et des impacts sur leurs adhérents historiques.

Pourquoi avoir décidé de venir en aide à La mutuelle des étudiants (LMDE) ?

Photo P_Beaubat
Pascal Beaubat : Certains se sont en effet demandé pourquoi le groupe Intériale postulait. Au départ, cinq candidats ont répondu à l’appel d’offres. Nous n’avons été que deux à avoir été retenus. Nous avons considéré que nous devions défendre le modèle mutualiste étudiant : si les jeunes n’ont pas de liens avec des mutuelles comme LMDE pour être accueillis, ils vont aller vers les compagnies avec lesquelles ils assurent leur voiture ou s’adresser à leur banque si elle propose une offre santé. Deux millions de personnes risquent ainsi de ne plus connaître le monde de la mutualité.

Nicolas Sarkadi : Nous venons en aide à une mutuelle dont environ 20 % des adhérents sont de futurs agents de la fonction publique. Sauver la LMDE, c’est assurer la bonne santé d’étudiants qui, d’ici 3 à 5 ans, pourront être recrutés dans les collectivités.

Sauver la LMDE, c’est assurer la bonne santé d’étudiants qui, d’ici 3 à 5 ans, pourront être recrutés dans les collectivités.

La MNT a préféré jeter l’éponge mi mai, estimant ne pas avoir de chiffres assez solides…

Photo Nicolas Sarkadi_2
NS : Nous nous sommes positionnés en toute connaissance de cause. Tous les candidats ont eu accès aux mêmes informations. Il n’y avait pas besoin d’avoir les comptes arrêtés pour établir notre plan d’activité qui prévoit un retour à l’équilibre financier de LMDE en 2017, et à l’équilibre technique en 2021.

Quels impacts aura cette opération sur vos adhérents territoriaux, si elle est validée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution ?

NS : Nos adhérents n’ont rien à craindre : il n’y aura aucun impact négatif sur le niveau des cotisations, ni sur la qualité des services rendus. Les deux structures seront totalement étanches. Cette étanchéité est garantie et imposée par les règles prudentielles de Solvabilité 2.

Par contre, ils vont bénéficier d’une plus grande densité de proximité, car notre couverture du territoire est complémentaire. Actuellement, Intériale compte une quarantaine d’agences et une cinquantaine de points de rencontre. Avec LMDE, notre maillage progressera de 50 %.

Avec LMDE, notre maillage progressera de 50 %.

Et côté digitalisation ?

NS : Nous allons très rapidement proposer une souscription en ligne aux étudiants. Chez Intériale, nous avons mené déjà un certain nombre de tests sur des objets communicants, et nous lançons progressivement des services de self-care qui permettent à nos adhérents d’agir sur la vie de leur contrat en modifiant leur adresse, leurs coordonnées bancaires… Mais qui mieux que les étudiants, avec leur appétit pour l’innovation, pourront nous aider à inventer la mutuelle de demain, et mettre au point le mode de fonctionnement de notre plate-forme digitale. Nous allons pouvoir mener des expérimentations avec eux, et en faire bénéficier ensuite tous nos autres adhérents. Nous allons aussi tester une plate-forme multimédia dans certaines agences qui sera utilisable aussi bien par les adhérents LMDE que ceux d’Intériale.

Nous allons tester une plate-forme multimédia dans certaines agences qui sera utilisable aussi bien par les adhérents LMDE que ceux d’Intériale.

Sur le marché des collectivités, quelles sont vos parts de marché ?

NS : Le marché des contrats de participation se porte bien ! Nous n’avons pas constaté de ralentissement. En 2014, cinq conseils régionaux ont fait un appel d’offres pour la protection sociale de leurs agents. Nous les avons tous remportés (1) !
De août 2012 à décembre 2014, nous avons gagné 80 % des appels d’offres, soit environ 200 conventions de participation ayant débouché sur 100 300 contrats avec des agents.

Car, contrairement à ce que disent certains acteurs du marché, les territoriaux, que ce soit en santé ou en prévoyance, ne sont pas réfractaires : 130 de nos contrats obtiennent des taux de souscription allant de 50 à 100 %. Pour le conseil régional du Nord Pas-de-Calais, par exemple, 62 % des collaborateurs ont souscrit les offres santé et prévoyance. Sur les cinq régions remportées en 2014, 9 072 agents sur 18 000 ont adhéré en quatre mois.

Et côté offres labellisées ?

PB : Nous avons conservé nos parts de marché, même si les acteurs y sont très nombreux. Nous n’avions pas jusqu’à présent axé notre développement sur la labellisation afin de ne pas obérer les conventions de participation. Maintenant que nous avons bien avancé, nous allons revenir sur ce marché.

Nombre de mutuelles cherchent des partenaires pour atteindre une taille critique. Est-ce votre cas ?

PB : Nous avions des pistes de réflexion pour nous rapprocher d’autres mutuelles mais elles se sont arrêtées. L’une de ces mutuelles [Uneo ndlr] a préféré sélectionner trois acteurs [AG2R La Mondiale, Allianz et Covea ndlr], qui d’ailleurs n’appartiennent pas au monde mutualiste. Deux d’entre eux ne seront pas retenus. On peut envisager un rapprochement éventuel avec eux. D’ici un an, nous devrions pouvoir en dire plus.

Intériale vole au secours de LMDE

Après ses déboires financiers, et la défection de la MGEN (Mutuelle générale de l’Éducation nationale), La mutuelle des étudiants a besoin d’un nouveau partenaire. Seule Intériale reste en lice après la défection de la MNT. Si l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution valide son projet le 30 juin, les choses devraient aller très vite. Dès le 7 juillet, lendemain de l’assemblée générale de LMDE, Nicolas Sarkadi deviendra son nouveau directeur général. Intériale ferra une avance de trésorerie de 10 millions d’euros afin que la campagne d’adhésion des nouveaux étudiants se passent dans de bonnes conditions. 82 % des délégués d’Intériale se sont prononcés en faveur de ce projet. Un pôle étudiant constitué par LMDE sera créé au sein du groupe.
LMDE assure actuellement le régime obligatoire de 920 000 étudiants (sur 2 millions), et la complémentaire santé de 315 000. Dans le cadre de ce plan de sauvetage, le régime obligatoire des étudiants LMDE sera assuré par la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés. Quatre cinquième des salariés de LMDE seront donc transférés à la CNAMTS.

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 Nord Pas-de-Calais, Aquitaine, Bourgogne, Midi-Pyrénées, Lorraine. Intériale comptait déjà la Basse-Normandie dans son portefeuille de clients. Retour au texte

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Intériale se renforce sur le marché des collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

Libergas

24/06/2015 10h24

Ce qui est étonnant dans cet article, c’est qu’Intériale se garde bien de dire que les contrats qu’elle a remporté en 2014 l’ont tous été à perte, avec des tarifications inférieures jusqu’à 30% ou 40% par rapport aux candidats arrivés second.

On pourrait donc souligner que cette réussite promet des négociations rudes avec les collectivités à l’avenir voire des baisses de garanties ou encore la résiliation des contrats.

Claire Chevrier

25/06/2015 01h52

Bonjour,
Intériale pour sa part conteste ces accusations de dumping,.
N’ayant pas accès aux réponses faites par les différents acteurs, il est difficile de savoir qui dit vrai!
Par ailleurs le critère prix n’est pas le seul à être pris en compte dans la notation des propositions, et donc le choix du prestataire.
Claire Chevrier

christy b

16/11/2015 05h24

c’est une excellente décision,certes courageuse,ambitieuse,mais avec l’alliance de l’assurance maladie ,et des têtes bien pensantes,innovantes, je pense que lmde se relevera tres vite. bon courage.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement