Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

E comme égalité

Publié le 10/03/2017 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Pour Platon, le désir d’égalité est une volonté de revanche des faibles sur les forts. Voltaire et Rousseau s’accordent sur une « égalité primitive » (Sylvain Menant) et le constat des inégalités entre les hommes, mais l’analyse voltairienne détache le droit au bonheur de l’égalité des conditions et prône le travail incessant pour faire oublier les inégalités.

De son côté, le « contrat social » de Rousseau théorise les relations égalitaires mais en restreint la portée à des États où « chaque membre peut être connu de tous ».

Idéal philosophique et objectif politique, l’égalité figure à la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen. Tocqueville y voit un écueil pour la démocratie poussant « les hommes à préférer l’égalité dans la servitude à l’inégalité dans la liberté ».

Inscrite dans la devise républicaine, l’égalité oriente encore les politiques publiques. Mais l’égalité des hommes dans les systèmes juridiques et sociaux contemporains ne se lit plus dans son acception formelle – jouir et exercer des droits identiques donnés par la loi.

Robert Castel s’interrogeait sur la construction de l’égalité dans une société où « les individus ont plus le souci d’affirmer leurs différences et leur singularité que de cultiver ce qui en fait des semblables ».

L’égalité en droits a migré vers une égalité des droits ouvrant sur l’égalité des chances, quand le principe même d’égalité est recomposé autour de la lutte contre les discriminations. Il ne vise plus l’Homme abstrait, mais répond à des situations concrètes.

Cette évolution se traduit par l’apparition d’une égalité réelle qui se contente de compenser les effets les plus flagrants des inégalités de fait. Ce discours égalitaire renvoie l’individu à la responsabilité personnelle de son cas et néglige l’importance du pacte social.

Sous couvert d’un principe de justice, qui ne traite pas la cause des inégalités, il met en danger le principe d’égalité et valide la segmentation de la société.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

E comme égalité

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement