Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cop 21

Climat : « Toutes les régions de France seront touchées, les mesures d’adaptation doivent être localisées »

Publié le 11/06/2015 • Par Isabelle Verbaere • dans : Dossiers d'actualité, France

« Notre avenir commun sous le changement climatique » : c’est le titre de la conférence scientifique internationale qu’accueillera l'Unesco à Paris, du 7 au 10 juillet. Il s’agit du plus grand forum réunissant la communauté scientifique avant la 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (Cop 21), qui se déroulera à Paris-Le Bourget en fin d’année. Face aux aléas climatiques, il est urgent que les collectivités locales évaluent leurs vulnérabilités, estime le climatologue Hervé Le Treut, membre du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et président du comité d’organisation de cette manifestation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

EN PARTENARIAT AVEC sponsor du dossier Climat : « Toutes les régions de France seront touchées, les mesures d’adaptation doivent être localisées »

Le réchauffement de la planète ne fait plus de doute. Quels impacts directs pourrait-il avoir en France au cours du XXIe siècle ?

Comme sur tous les continents, la hausse moyenne des températures y sera une fois et demie plus élevée qu’à l’échelle de la planète. Si le réchauffement global atteint 2 °C, il sera en gros de 3 °C en France. Il s’agit là d’une moyenne annuelle. Cela signifie qu’il y aura des vagues de chaleur qui iront bien au-delà. Tous nos scénarios montrent que les canicules comme celle de 2003, pourront se répéter à intervalle court dès 2050. Toutes les régions seront touchées. Cette hausse des températures locales impactera l’agriculture et la biodiversité, augmentera la pollution de l’air et le risque de feux de forêt. La hausse des températures globales va induire une hausse du niveau des océans, favorisant l’érosion du littoral. Elle va aussi modifier les précipitations car, lorsque la planète se réchauffe, il y a davantage d’eau dans l’atmosphère et les pluies sont plus intenses. Le risque d’inondation sera donc majoré. Mais nous sommes encore incapables de dire, à l’échelle de la France, où et à quelle saison il pleuvra plus ou moins. Il y a un niveau de détail qui n’est probablement pas prévisible.

Les climatologues ne sont donc pas en mesure de caractériser précisément les évolutions du climat à l’échelle des régions françaises ?

C’est difficile. Car, pour prédire avec précision le climat des régions françaises, il faudrait que l’on puisse anticiper les mouvements de l’atmosphère. Par exemple, connaître la position de l’anticyclone des Açores et son évolution possible dans un climat plus chaud, d’ici quelques décennies. Seulement voilà, son destin n’est pas tout tracé : l’anticyclone peut évoluer de diverses manières, génératrices de risques différents que l’on doit évaluer un par un, en termes par exemple de sécheresses, d’inondations, de tempêtes, de baisse de l’enneigement… Quoi qu’il en soit, les efforts de prévention s’imposent, même s’il nous est impossible de dire dans le détail où, quand et avec quelle amplitude les événements se produiront.

 

Comment les collectivités locales peuvent-elles alors anticiper les évolutions du climat ?

Les décideurs publics doivent s’appuyer sur une évaluation de la vulnérabilité de leurs territoires aux aléas climatiques, pour conduire leurs stratégies d’adaptation. Il ne s’agit pas d’élaborer des prévisions mais de conduire des études de risque qui envisagent les conséquences possibles sur l’économie (agriculture, pêche, tourisme…), le paysage (littoral, forêt, montagne) et la population. L’approche scientifique est comparable à celle des sismologues lorsqu’ils évaluent l’exposition de tel ou tel territoire aux tremblements de terre.

On n’est plus dans une situation d’alerte mais de gestion, il est temps d’agir.

Vous avez dirigé la mission d’expertise sur les enjeux économiques, sanitaires et environnementaux du changement climatique, à l’échelle de l’Aquitaine en 2011-2012. C’était une première. D’autres régions ont-elles suivi ?

Oui. Le Nord-Pas-de-Calais, Paca, Languedoc-Roussillon et d’autres ont désormais lancé des études d’impacts similaires. En Aquitaine, nous avons bénéficié d’un contexte très favorable, qui devrait se retrouver ailleurs. La plupart des quinze rédacteurs du rapport sont issus d’universités ou laboratoires de recherches (Inra, CNRS, Irstea, Ifremer, …) d’Aquitaine. La région est riche en équipes qui travaillent de près ou de loin sur les conséquences du changement climatique. Nous nous sommes donc appuyés sur l’analyse de données scientifiques déjà publiées mais qui, le plus souvent, ne sont pas accessibles aux décideurs locaux sous une forme collective et synthétique.

Pourquoi est-il indispensable que les collectivités locales prennent des mesures d’adaptation ?

Car on ne pourra s’adapter aux changements climatiques que par les mesures qu’elles prendront, sur la base de diagnostics de vulnérabilité localisés. C’est la bonne échelle pour hiérarchiser les actions à mener en fonction des spécificités socio-économiques, démographiques, écologiques du territoire. De nombreuses collectivités locales se sont déjà engagées dans la lutte contre le changement climatique, notamment à travers leur Agenda 21. L’intérêt et la difficulté de l’approche régionale, c’est que les mesures prises concernent directement les gens. Du coup, des réactions de peur, de déni peuvent apparaître. Au-delà du diagnostic scientifique, le débat social et politique sur ces aspects dans les territoires est essentiel.

Le 5e rapport du GIEC confirme la gravité de la situation et l’urgence dans laquelle se trouvent les politiques pour agir. Mais est-il encore temps ?

Oui. Certes, le GIEC a prévu l’évolution du climat selon plusieurs scénarios et le premier, celui d’une hausse de 2°C, est déjà dépassé. Le CO2 reste longtemps dans l’atmosphère et c’est pour ça qu’il joue un rôle aussi inquiétant pour le futur, imposant une réduction de nos émissions. Mais ses effets sur les températures sont différés. Ce qui laisse le temps d’identifier des stratégies pour s’adapter à ce changement en cours. On n’est plus dans une situation d’alerte mais de gestion, il est temps d’agir.

Cet article fait partie du Dossier

Climat : Pourquoi les experts défendent un rôle accru des collectivités locales

Sommaire du dossier

  1. A quelles conditions la COP 21 sera-t-elle un succès ?
  2. Stuttgart, Manchester : deux exemples de villes « zéro carbone » à méditer
  3. COP 21 : L’accord international est signé, le travail de terrain continue
  4. Climat : le GIEC met-il la barre trop haut avec son scénario à 1,5°C ?
  5. Climat : l’appel des maires pour un accord plus ambitieux
  6. « Les maires peuvent sauver le monde, laissons-les faire »
  7. « Une organisation mondiale des villes devrait siéger à la Cop21 »
  8. Climat : « Toutes les régions de France seront touchées, les mesures d’adaptation doivent être localisées »
  9. Climat : un train d’avance pour le pays ch’ti
  10. Climat : « Les collectivités du Sud ont beaucoup à nous apprendre »
  11. « Les collectivités locales sont les premières prises à la gorge par le changement climatique »
  12. « Plus vite les collectivités se saisiront de la loi, plus vite nous verrons les outils à améliorer »
  13. « Les collectivités doivent faire encore plus de bruit sur la COP21 » – Matthieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot
  14. Il faut « anticiper les changements climatiques à l’échelle régionale » selon le climatologue Hervé Le Treut
  15. « Il faut que le pouvoir énergétique soit décentralisé », Claire Roumet, directrice générale d’Energy Cities
  16. Marie-Monique Robin : « L’autonomie alimentaire et énergétique sera facteur de résilience »
  17. Climat : le chemin accompli, de Copenhague à Paris
  18. « L’adaptation au changement climatique implique d’inventer de nouvelles formes de management public »
5 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Climat : « Toutes les régions de France seront touchées, les mesures d’adaptation doivent être localisées »

Votre e-mail ne sera pas publié

jipebe29

12/06/2015 10h34

« Le réchauffement de la planète ne fait plus de doute »
Quand un article commence par un mensonge, comment voulez-vous qu’il soit crédible?
Car les mesures Hadcrut, RSS et UAH montrent qu’il n’y a plus de RC depuis bientôt 19 ans, et les projections des modèles numériques se plantent lamentablement.

jipebe29

12/06/2015 10h41

L’anticyclone des Açores est un être statistique, mais il n’existe pas dans le monde réel. Car les transferts d’air et d’énergie sont dynamiques et se font en basses couches atmosphérique, avec les anticyclones mobiles polaires, que l’establisment climatologie/météorologie se refuse à reconnaître.

François

12/06/2015 12h40

Merci à Jipebe29 pour sa première intervention ! Je ne suis pas au fait pour la seconde, ne connaissant pas le sujet.
Il y en a marre de cette doctrine du réchaufement climatique.
Au Moyen Age quand il y a eu ce qu’on a appelé « l’optimum climatique médiéval » personne n’a ameuté la planète. Il n’y avait pas de lobby de presse ni de comités scientifiques.
Quand à l’inverse sous Louis XIV il y a eu des épisodes de froid plus intense personne encore n’a ameuté la planète.
Le problème maintenant c’est qu’il faut théoriser sur tout et prétendre avoir des explications pour tout. Un peu d’humilité !

Chérel Paul - pas de pseudo

14/06/2015 05h43

Arrêtons tout ce baratin su le réchauffement climatique ! D’ailleurs, on dit maintenant CHANGEMENT climatique. Le COP 21 est une vaste fumisterie destinée a redorer un peu le blason d’un président dont l’impopularité n’a jamais eu d’égal depuis que les Républiques existent. Que connaît-il sur cette question ? Paul Chérel

jipeb29

18/06/2015 08h28

@François
Allez sur le site lecolocritique, onglet « cercle des sceptiques », « Jean-Pierre Bardinet » (c’est moi), synthèse révisée V4, document assez simple destiné au grand public.

Bonne lecture!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement