Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

[Carte interactive] Finances

Le coût du RSA, cause d’accroissement des inégalités entre départements

Publié le 10/06/2015 • Par Isabelle Raynaud Pierre Cheminade Romain Mazon • dans : A la une, Actu expert santé social, Actualité Club finances, France

carte-aide-sociale-une
Lagazette.fr
L’Odas a présenté, mercredi 10 juin, son étude annuelle sur les dépenses sociales des départements. Face au coût de plus en plus important du RSA, l’Observatoire recommande à l’État de reprendre l’intégralité du financement pour soulager les départements.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Les départements et l'Etat face au défi du RSA

«Nous sommes vraiment inquiets pour l’avenir de l’action sociale des départements : ils ont été épargnés par la réforme actuelle mais ils risquent de s’effondrer rapidement» s’ils ne peuvent faire face aux dépenses sociales.
C’est sur ce préambule alarmiste que Jean-Louis Sanchez, délégué général, a présenté l’enquête annuelle sur les dépenses sociales des départements de l’Observatoire national de l’action sociale (Odas), mercredi 10 juin 2015.

Le poids des dépenses sociales, qui représentent environ 60% des dépenses totales des départements, ne font que croître, notamment du fait du Revenu de solidarité active (RSA).

En 2014, les conseils départementaux ont déboursé 35 milliards d’euros pour l’action sociale, en hausse de 4,3%. Leur reste à charge, une fois les compensations de l’État déduites, s’élève à 27 milliards, soit une progression de 5,2%.

Dans le détail, les départements ont dépensé, en 2014 :

  • 9,3 milliards d’euros pour le RSA (+7,6%)
  • 7 milliards pour l’aide sociale à ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le coût du RSA, cause d’accroissement des inégalités entre départements

Votre e-mail ne sera pas publié

un jacobin

12/06/2015 08h18

Où l’on feint de découvrir que la décentralisation démultiplie les inégalités territoriales, et où les ardents défenseurs du Département, qui viennent de sauver son existence, appellent à la recentralisation (de ce qui leur coûte cher, seulement…). On n’est pas à ça près…

un robespierriste

09/07/2015 11h26

Arrêtons avec la décentralisation ! Cela n’a rien apporté de plus, hormis la multiplication de politiciens gestionnaires et inefficaces (conseils généraux, communautés de communes, communes d’agglo…). Les citoyens ne se sentent pas plus proches des élus locaux des conseils généraux (on est passé des technocrates de la capitale ou notables de province), ceux-ci leur rendant bien d’ailleurs.

Quant à l’Etat, et surtout depuis le sarkoshow, il ne songe qu’à faire bonne figure vis à vis des banquiers et de l’UE, en se déchargeant sur les pouvoirs locaux.

Qu’il y ait plus d’handicapés et de bénéficiaires du rsa et de l’aah, dans un contexte de vieillissement de la population et de déroute économique cela me semble logique.

Malheur aux vaincus !

dshfsdshf

21/01/2016 01h02

Le RSA ne coûte absolument rien au pays…… 1% du gouffre qu’il y a eu au crédit lyonnais (provoqué évidement) durant la crise financière de 2008 que vous remboursez tous, égale 300 ans de RSA financé (si le nombre de « ayant droit » restait stable) !!!!!! Ce qui coûte du fric à tout le monde c’est le système financier, renseignez vous les moutons sur comment fonctionne les banques (argent scriptural) et peut être vous allez vous sentir très con ! Mais je vous rassure….. vous l’êtes ! :)

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement