Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Archives

Mobilisation générale chez les archivistes

Publié le 10/06/2015 • Par Hélène Girard • dans : France

Annoncé le 4 juin 2015, le retrait du volet « archives » de l’avant-projet de loi sur la création artistique, le patrimoine et l’architecture a déclenché une vive émotion chez les professionnels. L’Association des archivistes français (AAF) monte au créneau et multiplie les interventions pour tenter de faire rectifier le tir.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Officiellement confirmé le 4 juin 2015 par un représentant de l’Etat, lors des journées d’études de la section « archives communales et intercommunales » de l’Association des archivistes français (AAF), le retrait du volet « archives » de l’avant-projet de loi « création artistique, patrimoine, architecture » a semé le doute dans la profession sur les ambitions du gouvernement en matière de politique archivistique et de data. Dès le 6 juin, l’AAF a publié un communiqué intitulé : « pourquoi la France a besoin d’une nouvelle loi sur les archives ? ».

Mutualisation des archives

L’AAF fait valoir le contexte : réductions budgétaires dans les collectivités, qui pèsent aussi sur les services d’archives, montée en puissance du numérique et de l’open data, qui bouleverse l’administration dans son ensemble, et réforme territoriale qui va accélérer les coopérations territoriales. Autant d’ évolutions qui rendent de plus en plus nécessaires les processus de mutualisation dans la gestion, la conservation et l’accessibilité des archives. Ce que les dispositions législatives actuelles ne permettent pas entre tous les échelons et à tous les âges des archives.

La faculté de mutualiser l’archivage électronique doit être ouverte entre toutes les collectivités quel que soit leur niveau, et sur tout type de document ou de donnée : cette mutualisation ne doit pas concerner uniquement les infrastructures, elle doit aussi être possible pour les services, les moyens humains, matériels et financiers.

 

Conseil général du Val-de-Marne CC

Conseil général du Val-de-Marne CC

Définition légale

L’AAF pointe aussi le « flou juridique » qui entoure actuellement la gestion des archives communales par un EPCI (logique de mutualisation « descendante »), déjà pratiquée par un certain nombre d’intercommunalités. Les professionnels redoutent qu’une absence durable de cadrage juridique freine les initiatives des collectivités, alors que la nouvelle organisation territoriale les incite à se regrouper.

Autre motif d’inquiétude : le positionnement des archivistes dans la gestion des données numériques. L’AAF réclame une nouvelle définition légale des archives, faisant référence, non seulement au document, mais aussi aux données. « Nous devons veiller à ce que notre expertise professionnelle soit reconnue sur la gestion des données numériques », plaide Katell Auguié, présidente de l’AAF.

Les citoyens doivent pouvoir compter sur une politique ambitieuse en matière d’archives afin de garantir que la collecte et la conservation des données et des documents électroniques soient pleinement assurées dans des conditions de sécurité optimales, afin qu’ils puissent non seulement accéder aux données produites par l’administration, mais également à celles qu’ils ont confiées aux services publics, comme c’est un droit pleinement acquis depuis la Révolution française.

Un week-end d’interventions tous azimuts

Au cours du week-end des 6 et 7 juin 2015, qui a suivi cette annonce du retrait du volet « archives » de l’avant-projet de loi sur la création artistique, le patrimoine et l’architecture, l’Association des archivistes français  a multiplié les initiatives :

  • lettre à la ministre de la Culture Fleur Pellerin, avec une demande de rendez-vous ;
  • lettre  à la conseillère « culture & média » du Premier ministre, Régine Hatchondo ;
  • courriel à la secrétaire d’État chargée du Numérique, Axelle Lemaire ;
  • courriel à l’Association des maires de France et à l’Assemblée des départements de France.

Autant d’alertes sonnées tous azimuts pour obtenir que le tir soit rectifié :

  • soit par une nouvelle loi sur les archives, comme le réclame l’AAF dans un communiqué publié le 6 juin ;
  • soit par une réintégration d’un volet archives dans l’avant-projet de loi « création, patrimoine, architecture ».
3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Club RH : Moderniser et sécuriser ses recrutements

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Mobilisation générale chez les archivistes

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

11/06/2015 08h13

Je n’ai pas bien compris le lien entre le projet de loi sur la création artistique et les archives.
Une phrase au début fait sourire: « …a semé le doute dans la profession sur les ambitions du gouvernement en matière de politique… »
Tant que vous n’aurez pas compris que le gouvernement n’a pas de politique mais ne fait qu’appliquer les directives européennes, même en ce qui concerne les archives et les services publics qui les gèrent, vous serez surpris et ne comprendrez pas les raisons de ces réformes…
La volonté européenne affichée régulièrement c’est d’ouvrir au privé la totalité des services réglementés ou protégés de la concurrence par les Services publics…. C’est clair, non? C’est l’article 106 du TFUE, toujours lui, qui l’impose. Ce sont les RPP de Bruxelles qui l’exigent… Est-ce dans l’intérêt de la France, du secteur artistique, de la préservation des archives? Euh, pas vraiment: Bruxelles ne sert que des intérêts économiques internationaux, la finance (…) alors… Faut se faire à l’idée.
Pour les mêmes raisons, les taxis français comprennent doucement qu’ils ne seront jamais entendus et qu’ils doivent s’adapter ou disparaître…
Les pharmaciens n’ont pas encore compris qu’ils sont sacrifiés eux-aussi: suppression du numerus-clausus, liberté d’installation, et perte d’exclusivité (progressive) du marché des médicaments…
Les notaires….
Saisissez les 2 mots qui s’affichent « si contre »…

lamda

11/06/2015 10h39

Et oui; les archives ont fait partie des secteurs en pointe avec la première decentralization des années 80, organisant les competences entre niveau communal, départemental et national. Un modèle vertueux dont on pourrait s’inspirer encore… Alors vu les enjeux du numérique, il faut que la question des archives trouve sa pleine place dans la loi création-patrimoine

ZANIN Philippe

18/06/2015 02h52

Bonjour,
Merci à l’AAF de montrer une telle promptitude à défendre l’importance d’une gestion de qualité de l’ensemble des données publiques et de réaffirmer l’importance du rôle d’un archiviste dans nos organisations.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement