logo
DOSSIER : Dépenses de personnels : activez tous les leviers !
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/367099/la-lutte-contre-labsenteisme-une-source-deconomies/

FINANCES LOCALES
La lutte contre l’absentéisme, une source d’économies ?
Frédéric Ville | A la Une finances | Actu experts finances | Publié le 10/06/2015

Les collectivités territoriales qui souhaitent réduire leurs dépenses de personnel ne devront pas négliger la lutte contre l’absentéisme, gisement d’économies importantes. Certaines d’entre elles ont recours à un assureur pour se prémunir, d’autres au contrôle médical.

En 2013, toutes natures d’arrêts pour raison de santé confondues, le taux d’absentéisme des agents des collectivités s’établit à 8,7 %, en hausse de 18 % depuis 2007(1), selon l’assureur Sofaxis, et le nombre de jours d’arrêt par agent employé est de 25 (23 hors maternité)(2). Le coût direct (indemnités journalières, charges patronales, frais médicaux…) est évalué à 1,2 milliard d’euros par la direction générale des collectivités locales pour 2011 (maladie ordinaire) et à 3,6 milliards par an dans sa totalité (hors parentalité) selon l’Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (Ifrap).

« En ramenant le nombre de jours d’absence à la moyenne du secteur privé, l’économie est d’environ 2 milliards », indique Agnès Verdier-Molinié, directrice de l’Ifrap qui propose d’instaurer « trois jours de carence dans le public , une prise en charge à 100 % seulement six jours dans l’année maximum et une part importante de rémunération à la ...

CHIFFRES CLES

1 772 euros par agent territorial, c'est en 2013 le coût moyen des absences pour raison de santé toutes natures d'arrêt confondues (+18 % depuis 2007). Source : Sofaxis, novembre 2014.

Lexique :

  • Nature des arrêts : maladie ordinaire (44 %), maternité (9 %), longue maladie (32 %), accident du travail (15 %), selon les chiffres de 2013 de Sofaxis.
  • Taux d’absentéisme : part du temps perdu en raison des absences.
  • Régime spécial de sécurité sociale : la collectivité verse directement les indemnités journalières (IJ) aux fonctionnaires territoriaux, pour une maladie ordinaire ou une longue maladie, respectivement, trois mois ou un an à plein traitement, et neuf mois ou deux ans à demi-traitement.
  • Subrogation : la collectivité reçoit les IJ pour les agents au régime général et les intègre aux bulletins de salaire.