Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Projet de loi NOTRe

Grand Paris : une métropole mort-née ?

Publié le 04/06/2015 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : Régions

Au Sénat, la droite et les communistes ont taillé en pièces la métropole du Grand Paris (MGP). Transformée en coquille vide, le groupement urbain a vu sa date de création repoussée d’un an. Au PS, on proteste... mollement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Beaucoup la croyaient enfouie dans les limbes du passé. La vieille alliance entre les gaullistes et les communistes a resurgi ce 1er juin, lors de l’examen, au Sénat, du projet de loi portant « Nouvelle organisation territoriale de la République ». Dans un savant pas de deux, Roger Karoutchi (UMP., Val-de-Marne) et Christian Favier (PCF., Val-de-marne) ont dit tout le mal que leur inspirait la métropole du Grand Paris (MGP). Ils ont été rejoints par le sénateur-maire (UDI) de Meudon, Hervé Marseille. Une démonstration de force.

Résultat : même Philippe Dallier (UMP., Seine-Saint-Denis) a baissé pavillon. Le plus ardent partisan de la métropole a réclamé le report de la MGP au 1er janvier 2017. « Les financements ne sont pas clairs, le pacte financier n’a fait l’objet d’aucune simulation. Sans compter la réforme de la dotation globale de fonctionnement à venir… », a-t-il invoqué. Son amendement a été voté sans coup férir.

Guerres de clocher

L’épilogue d’un débat qui aurait pu servir de publicité pour la limitation du cumul des mandats. Mus par leurs stricts intérêts territoriaux, les sénateurs, maires et président de conseil départemental, sont passés à côté du sujet : le développement de la ville-monde, soumise à la concurrence féroce de Londres ou Tokyo.

Au cours d’une joute digne d’un village gaulois, ils se sont écharpés sur la pertinence du rattachement de Verrières-le-Buisson ou de Chelles à la métropole. A tel point que le varois Pierre-Yves Collombat (Divers gauche) a ironisé :

J’ai l’impression d’assister aux travaux d’une commission départementale de coopération intercommunale.

Les autres sénateurs de province avaient pris la poudre d’escampette. Une absence regrettable, tant le Grand Paris et ses gisements de croissance constituent, à l’évidence, une question nationale.

Claude Bartolone en embuscade

En attendant, en Ile-de-France, plus personne, ou presque, ne veut de la métropole à la façon de la loi MAPTAM. La MGP erre, tel un bateau-ivre. Seule, face à un Premier ministre prêt à bien des concessions, la ministre de la Décentralisation tente de redresser la barre. « L’hyper-richesse peut-elle dans cette région, continuer à côtoyer l’hyper-pauvreté ? N’attendons pas, sinon dans vingt ans, on parlera encore de la future métropole », a exhorté au Sénat, Marylise Lebranchu.

Un discours de moins en moins audible au PS. Il s’y murmure qu’une fusion entre la métropole et la région pourrait constituer une sortie de crise par-le-haut. Surtout en cas de victoire de Claude Bartolone aux régionales de décembre…

Cet article est en relation avec les dossiers

Contenu Premium

Régions

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grand Paris : une métropole mort-née ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Roland

08/06/2015 03h51

Que vont devenir des villes dans le marasme comme Argenteuil?
Une de ses plus grandes chances de survie après l’agglo avec Bezons et les Xèmes augmentations d’impôts locaux ( environ 100% en 20 ans.)
Le record sans doute du nombre d’habitants non imposables..
Une ville que le 1er Ministre actuel a du fuir malgré sa tenacité.
Depuis la campagne Municipale d’il y a 20 ans sous le slogan « Les communistes gaspilles votre Argent, qu’ont pu faire 5 du PC ans 9 de RPR et 6 ans de PS??
Un territoire ingérable en l’état soit la ville est trop vaste soit l’agglo est trop petite.
Alors le Grand Paris va devenir l’Arlésienne comme beaucoup de projets abandonnés sur cette ville.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement