Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

S comme solidarité

Publié le 03/03/2017 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La solidarité, c’est le cœur qui pense, selon Henri Peña-Ruiz (1). Mais rien à voir avec la générosité, vertu morale, ou la charité, vertu chrétienne.

Dans la première moitié du XIXe siècle, Pierre Leroux – représentant du peuple de la IIe République –, voulait « remplacer la charité du christianisme par la solidarité humaine ».

Rien à voir, non plus, avec l’assurance, individualiste et contemporaine, qui paie aujourd’hui le risque pour demain.

La solidarité, d’abord principe de droit qui rend chacun responsable de tout, puis valeur humaine que personne, a priori, ne peut contester.

Donner tout de suite à l’autre ce que l’on pourrait recevoir plus tard. Le mot renvoie à l’interdépendance, au partenariat, à la cohésion, au partage, à la coopération, voire même à la mutualité.

Un accent politique s’en dégage, qui ramène au lien originel entre personnes libres, égales en droit, partageant de mêmes intérêts et de mêmes droits. Et protège les uns les autres, et lutte contre les inégalités.

Ce lien convoque une « idée de l’égalité des hommes [qui] ne concerne pas la façon dont la nature les a faits mais bien celle dont la société doit les traiter », selon Célestin Bouglé, à qui Alain Policar reconnaît une place privilégiée dans l’élaboration des fondements de la philosophie de la solidarité.

Presque plus qu’au célèbre homme politique, radical et républicain, Léon Bourgeois, auteur en 1896 de « Solidarité », pour qui « l’homme isolé n’existe pas ».

En parallèle du développement de la République, la solidarité « rectifie l’individualisme et limite le socialisme ». Elle côtoie l’idée de justice sociale et la confiance en l’intelligence du collectif. Une sorte de fondement d’un contrat social dans lequel le groupe garantit assistance et entraide réciproque.

Étymologiquement, la solidarité, c’est ce qui rend solide. Ce qui rappelle que l’union fait la force !

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Henri Pena-Ruiz, Qu’est-ce que la solidarité ? Le cœur qui pense, Éditions Abeille et castor, 2011. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

S comme solidarité

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement