Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

Le gouvernement à Marseille pour défendre le projet métropolitain

Publié le 29/05/2015 • Par Caroline Garcia • dans : Régions

Neuf ministres entouraient Manuel Valls pour décliner à l’occasion d’un nouveau comité interministériel délocalisé à Marseille des mesures visant à « accompagner le développement de la nouvelle métropole ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En visite à Marseille, ce vendredi 29 mai 2015, le Premier ministre Manuel Valls a consacré sa matinée à la future métropole Aix-Marseille-Provence, qui naîtra le 1er janvier 2016. Accompagné de neuf membres du gouvernement, il a conforté les engagements déjà pris en 2012 par son prédécesseur, Jean-Marc Ayrault, à l’origine d’une série de mesures prises fin 2012 pour enrayer les problèmes d’insécurité que connaissait la ville et stimuler son développement économique.

Dans ce même esprit, 58 mesures doivent aujourd’hui « accompagner le développement de la nouvelle métropole Aix-Marseille-Provence ». « L’Etat veut aider Marseille », soutient Manuel Valls, avant de présenter les grandes lignes de ce nouveau plan dont la plupart des mesures conforte ou réaffirme le soutien de l’Etat aux projets du territoire en faveur de la mobilité, de la lutte contre l’insécurité, du logement ou des engagements envers la jeunesse. Plusieurs projets sont notamment inscrits au contrat de plan Etat-région Provence-Alpes-Côte d’Azur que le Premier ministre a d’ailleurs signé dans l’après-midi.

Surcroît de dotation de 50 millions d’euros

Manuel Valls avait auparavant déjeuné avec les présidents des six intercommunalités qui seront membres d’Aix-Marseille-Provence, ainsi qu’avec le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin et le président de l’Union des maires de Bouches-du-Rhône, Georges Cristiani, afin d’évoquer les détails de la mise en œuvre du nouvel ensemble, toujours controversé. « La mise en place de la métropole bénéficiera à sa création d’un surcroît de dotation de 50 millions d’euros et je suis prêt à étudier avec les élus l’ensemble des moyens financiers nécessaires en 2016, confirme le Premier ministre. La mise en place de moyens pour accompagner la création de la métropole est toujours en discussion. Je pense notamment à la péréquation qui se serait traduite par un apport de 30 millions d’euros supplémentaires en 2015, si la métropole avait déjà été existé. »

« On nous parle de 50 millions d’euros par an (…), tout ça pour ça ? Pour financer l’ambition, pour faire rêver nos concitoyens d’un territoire revu, embelli, (…) qui suscite l’attractivité, il faut beaucoup plus que ça !, avance le président (UMP) de l’agglomération marseillaise Guy Teissier. Nous restons, les uns et les autres, un peu sur notre faim. »

« C’est une goutte d’eau ! »

Les six intercommunalités disposent aujourd’hui d’un budget d’environ 2,5 milliards d’euros, que les présidents mettent en regard des 50 millions supplémentaires proposés par le gouvernement. « C’est une goutte d’eau !, résume Nicolas Isnard, le président d’Agglopole Provence. La métropole devra s’incarner à travers des projets et des investissements qui nécessitent des moyens financiers. »

« Le lissage des statuts et des avantages des 8 000 agents qui vont rejoindre la métropole devrait absorber à lui seul 30 millions d’euros, calcule de son côté René Raimondi, le président du syndicat d’agglomération nouvelle (SAN) Ouest-Provence. Nous serons donc obligés tôt ou tard d’augmenter la fiscalité si l’on ne veut pas que cette métropole génère l’inertie sur le territoire. »

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le gouvernement à Marseille pour défendre le projet métropolitain

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement