Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

[Poster] Euro 2016 : le coût d’envoi des stades pour les collectivités

Publié le 10/06/2015 • Par Pierre Cheminade Sabine Blanc • dans : A la une, A la Une finances, Actu expert acteurs du sport, Actualité Club finances, France

le Grande stade de Bordeaux
Wikipedia CC by sa PA
A un an, jour pour jour, du lancement du 15ème championnat d'Europe UEFA de football, La Gazette des communes fait le point sur les investissements consentis par les collectivités locales dans les 10 stades qui accueilleront la compétition.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Nantes, Rennes, Nancy, ces trois collectivités ont deux points communs : on y pratique le football professionnel à haut niveau mais elles ont refusé d’accueillir des matches de l’Euro 2016, dont le coup d’envoi sera donné le 10 juin 2016. L’argument avancé ? Trop cher, alors que les finances locales font grise mine. Au total, l’investissement consenti par les dix autres collectivités retenues s’élèverait à un milliard d’euros, selon l’Association nationale des élus en charge du sport (ANDES). La seule rénovation/construction des stades représente presque la moitié, 428 millions d’euros, sur 1,65 milliards d’investissements, l’État ; via un fonds de 168 millions du centre national du sport (CNDS) et le secteur privé prenant en charge le reste. Ces dix villes qui ont estimé l’enjeu valable, mettent en avant la nécessité de disposer d’équipements de pointe pour permettre à leur club de prospérer sur les scènes nationale et européenne. A l’exception du Stade de France qui n’a nécessité ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Acteurs du sport

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite
2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

[Poster] Euro 2016 : le coût d’envoi des stades pour les collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

nonaufinancementpublicdesstades

16/06/2015 06h18

A propos de Lille, le chiffre de 9M € par an contenu dans l’article n’est pas le montant de la redevance annuelle du PPP signé avec Eiffage (près de 30 M €/an) ) pour la construction, le financement et l’exploitation du stade Pierre Mauroy. Pour arriver à ces 9M€, du montant de 30 M€ à payer sur contrat ont été enlevés par la communauté urbaine le montant du naming, (jamais vendu) , des recettes hypothétiques et invraisemblables de publicité ainsi que des suppositions de fréquentation très élevée. Ni le naming, ni les recettes ni la frequentation n’ont satisfait aux esperances initiales. Pis, la société Eiffage reclame à la communauté urbaine de Lille environ 135 M € de frais de construction supplementaires en raison du danger sismique et que l’article 35 du contrat met à la charge d ela communauté urbaine sauf un forfait de 1millions € payé par Eiffage… Enfin, le montant de la redevance à payer evolue chaque année suivant une equation soigneusement tenue secrète. Ce contrat de PPP, c’est comme un emprunt toxique dont personne ne peut definir l’evolution.

Eric Adamkiewicz

17/06/2015 06h12

Le financement du stade des Lumières de l’OL comporte néanmoins 30 millions de la Caisse de Dépôts (le 100 % privé reste de la communication) et les garanties d’emprunts sont portées par les collectivités ce qui minimise la prise de risques, sauf pour les banques.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement