Grève à Saint-Brieuc contre les choix budgétaires de la municipalité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

Grève à Saint-Brieuc contre les choix budgétaires de la municipalité

Publié le 22/05/2015 • Par Stéphanie Stoll • dans : Actu Emploi, Régions, Toute l'actu RH

Les services municipaux de la ville de Saint-Brieuc ont été perturbés lundi 18, mardi 19 et mercredi 20 mai 2015 suite aux réunions du comité technique paritaire portant sur les orientations budgétaires de la collectivité confrontée à une baisse de sa dotation globale de fonctionnement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En décembre 2014, le débat d’orientation budgétaire de la ville de Saint-Brieuc posait comme principe « la nécessité de mettre en place des actions ayant pour objectif de réduire la masse salariale afin de répondre à l’impact de la baisse des dotations d’Etat ». Entre 2013 et 2017, la dotation générale de fonctionnement de Saint-Brieuc devrait baisser de 30,5 %, passant de 13,9 millions d’euros à 9,7 millions d’euros.

Blocage du dialogue social

Lors de la réunion du comité technique paritaire (CTP) du 11 mai, les syndicats CFDT, CGT et FO ont voté unanimement contre ces orientations qui « cassent le service public ». A la seconde réunion, le 18 mai, à laquelle une centaine d’agents s’est « invitée », ni la ville, ni les syndicats n’ont infléchi leur position.

Alors que la CFDT avait appelé à la grève pendant les deux heures où se tenait ce CTP, la CGT et FO avaient lancé, pour le lundi, un préavis de grève illimité qui a duré jusqu’au mercredi midi, touchant les services périscolaires, les crèches, les centres aérés et les services techniques.  Si environ 300 agents (sur 1 200) ont participé au mouvement lundi, seulement 70 se sont réunis en assemblée générale, mercredi. En début d’après-midi, la ville faisait savoir que le mouvement serait levé le lendemain.

Diminution de l’encadrement périscolaire

Bien que toutes les organisations syndicales ne fassent pas la même analyse de la situation, toutes dénoncent  « un déni de dialogue social » et « une administration sourde ». Elles contestent :

  • les taux d’encadrement annoncés pour la rentrée 2015 dans les structures enfance et dans l’accompagnement périscolaire. En passant de 14 enfants par adulte à 16 enfants dans les écoles primaires, la collectivité estimerait l’économie potentielle à 600 000 euros, soit un agent de moins environ dans chaque école ; cette mesure concernerait 28 à 30 agents de catégorie C.
  • le non-remplacement des départs en retraite.
  • la diminution au budget de l’enveloppe allouée au personnel du centre de gestion, qui baisserait de 3,5 millions d’euros à 2,5 millions d’euros.

Investissement foncier ou charges de personnel ?

Selon Thierry Savidan, délégué du syndicat majoritaire, la CFDT, la mairie travaille aussi sur la suppression des temps partiels choisis. « La CFDT dénonce les choix municipaux de faire peser uniquement sur les agents les baisses de subventions de l’Etat. Pourquoi M. Joncour, maire et président de l’agglomération, va-t-il investir 22 millions d’euros dans la construction d’une cité administrative pour loger les services de l’agglo et dans le même temps rénover pour plusieurs millions d’euros l’ancien siège de la caisse d’allocations familiales pour y loger les services municipaux briochins ? » « Nous avons du mal à saisir la politique municipale d’achat de locaux : une chapelle, un local de supermarché discount, des locaux associatifs et la CAF ! » renchérit Pascal Gour, délégué CGT.

« Plan social déguisé »

« Le maire a annoncé que la ligne budgétaire pour le personnel diminuerait de 1,5 à 2 % d’ici 2017, poursuit-il. Selon nos calculs, 108 postes à temps plein en catégorie C pourraient être remis en cause. Au cours de ce trimestre, le service de la propreté urbaine a déjà perdu huit postes. C’est un plan social déguisé ! »

Du côté de FO, ce mouvement fait suite aux deux semaines de grève, en octobre, contre la mise en place de la réforme des rythmes scolaires et à une autre journée de perturbations en avril. Pour Sylvie Fourré, déléguée FO, « l’administration prétexte qu’elle n’a pas le choix, mais les agents n’ont pas à subir ces restrictions. Que nos élus se tournent vers les parlementaires ! »

Sollicitée par La Gazette, la ville de Saint-Brieuc a fait savoir qu’elle « ne souhaitait pas communiquer pour le moment à ce sujet ».

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grève à Saint-Brieuc contre les choix budgétaires de la municipalité

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement