Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

I comme innovation

Publié le 23/02/2017 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Mantra des temps modernes, l’innovation doit mieux organiser établissements et services, réduire les coûts et optimiser actions et interventions. Lourde tâche. Où puiser l’innovation ? L’étymologie esquisse une réponse.

Du latin innovare, « in » pour le mouvement vers l’intérieur, et « novare » pour le rendre nouveau, le renouveler, le restaurer, le transformer, le mot témoigne de la nécessité de partir de ce qui existe, du retour sur le milieu et sur ses pratiques.

L’action d’innover introduit de la nouveauté dans ce qui existe déjà. Hugues Choplin et Eddie Soulier (1) la résument comme « un mouvement collectif, imprévisible, de rupture ».

C’est parce qu’une réponse normée ne satisfait plus un besoin social, n’apporte pas de solution à un « événement » que l’innovation se déploie. Elle est incertaine dans ses déterminants et risquée quant à ses résultats, mais porteuse d’espoir et d’avenir. L’innovation bouscule les positions établies, court-circuite les règles du jeu, change le modèle ou l’adapte.

Ce mouvement convoque l’intuition de ceux qui le déclenchent et transgresse les procédures habituelles. Le Moyen-Âge ne s’en méfiait-il pas parce qu’il y voyait de la subversion et une remise en cause de l’ordre établi ? Michel Serres en relève les effets sur le temps, l’espace et tous les aspects de la vie de l’homme : un bouleversement.

L’innovation est une invention qui connaît le succès par l’effet d’un processus d’appropriation, « la socialisation de l’invention », selon la formule de Bernard Stiegler. Mais dès lors que l’innovation se force, répond à l’injonction d’un pouvoir dominant, dans un « capitalisme de l’innovation ou de l’innovation intensive », citent MM. Choplin et Soulier, comment la penser ?

C’est par une mise en garde que Bernard Stiegler invite à y réfléchir, alertant sur « l’accélération de l’innovation », la disruption, selon lui « incompatible avec l’élaboration de la civilisation ».

Thèmes abordés

Notes

Note 01 « Le mi-lieu de l’événement innovant – À partir de Levinas et Deleuze », Hugues ­Choplin, Eddie Soulier, « Revue de métaphysique et de morale » 2014/3 (n° 83), ­ p. 351-364. DOI 10.3917/rmm.143.0351. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

I comme innovation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement